"J'ai enregistré Sarkozy pour mieux le servir", assure son ancien conseiller Patrick Buisson

Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, était mercredi soir sur le plateau de France 2 (une interview à revoir en intégralité dans la vidéo ci-dessus). L'homme vient de publier "La cause du peuple", un livre sous-titré "L'histoire interdite de la présidence de Nicolas Sarkozy". Dans cet ouvrage, Patrick Buisson dévoile des échanges confidentiels enregistrés à l'Elysée à l'insu de l'ex-chef de l'Etat français.

Sur le plateau de la chaîne publique, Patrick Buisson justifie la publication de cet ouvrage par une volonté de rétablir son image. "J'ai dû affronter un torrent d'ignominies", assure-t-il. "Les Français qui liront ce livre auront une tout autre idée de moi."

Pour lui, Nicolas Sarkozy et François Hollande sont "deux frères jumeaux, deux présidents selfie, absorbés par la jouissance du pouvoir au point de transformer l'exercice de leur mandat en exercice de développement personnel."

J'ai enregistré Nicolas Sarkozy pour mieux accomplir ma mission

Et quand on lui demande pourquoi il a enregistré en secret des réunions avec Sarkozy, Patrick Buisson a cette excuse toute trouvée : "Oui j'ai enregistré certaines réunions. Pas par déloyauté, mais pour mieux accomplir ma mission. Quand le président vous sollicite quatre fois par jour, la rigueur et la précision doivent être au rendez-vous. J'avais une obligation de résultat. J'ai donc fait ça pour mieux le servir. Je n'admets pas qu'il ait pu m'accuser de trahison alors que dans son for intérieur il sait que je me suis battu jusqu'au bout alors que tous les autres le lâchaient en 2012."

Dans son livre, l'ancien journaliste de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute rapporte cette anecdote qui remonte aux manifestations anti-CPE de 2006. A l'époque, Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur et cherchait à tout prix un moyen d'apparaître comme le sauveur de la situation. "Nous avions pris la décision de laisser les bandes de blacks et de beurs agresser les jeunes Blancs aux Invalides, tout en informant les photographes de Paris Match", écrit-il.

Le système Sarkozy : accumuler les surpromesses en période électorale

Interrogé sur ce point par David Pujadas, Patrick Buisson se justifie : "Ce sont des propos de Nicolas Sarkozy. Je n'ai pas eu besoin de les enregistrer. C'était suffisamment frappant pour rester dans la mémoire. Ça faisait partie de ses faits d'armes. C'était son Waterloo. C'est tout le système Sarkozy pour qui dire c'est faire croire. C'est le reproche le plus grave que je peux lui faire. C'est celui qui a appliqué à la politique le principe de la pyramide de Ponzi. Accumuler les surpromesses en période électorale avec la ferme intention de n'en tenir aucune une fois au pouvoir."

Et Patrick Buisson de conclure : "[Nicolas Sarkozy] est toujours à la recherche du logiciel qu'il espère être le plus performant. L'adhésion aux idées est [chez lui] inexistante"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK