Effondrement du pont Morandi à Gênes: "Une trentaine de morts confirmés"

L'effondrement d'une portion d'un viaduc de l'autoroute A10 mardi à Gênes, en Italie, a fait 22 morts et 16 blessés, dont neuf graves selon un bilan provisoire, détaillé par le chef du gouvernement. Giuseppe Conte s'est rendu sur place au soir du drame.

Plus tôt dans la journée, Matteo Salvini, son ministre de l'Intérieur, a donné une conférence de presse à Catane, en Sicile, où il était en déplacement. Selon lui, "il y a une trentaine de morts confirmés et beaucoup de blessés graves". Il a remercié "les pompiers, les secouristes professionnels et bénévoles qui sont intervenus dès la première minute et sont encore en train de creuser et de sauver des vies".

Des milliers de tonnes de béton

"Les premières victimes de surface ont été évacuées, maintenant il faut rechercher sous les décombres des bâtiments, mais il y a des milliers de tonnes de béton", a rapporté à l'AFP un pompier français venu en renfort, Patrick Villardry. 

"L'espoir ne cesse jamais, nous avons déjà sauvé une dizaine de personnes sous les décombres, on va travailler 24 heures sur 24", a assuré de son côté un responsable des pompiers, Emanuele Giffi.

5 images
Les pompiers sont encore à la recherches de victimes potentielles © ANDREA LEONI - AFP

Une trentaine de voitures entraînées

Le drame s'est déroulé en fin de matinée, sous une pluie battante. Les services météorologiques avaient émis une alerte aux orages et aux fortes pluies. Dans un énorme grondement, qui a fait craindre aux riverains un tremblement de terre, le pont dit Morandi, du nom de son concepteur, s'est effondré sur plus de 200 mètres, entraînant une trentaine de voiture et plusieurs poids-lourds dans une chute de 45 mètres.

>>> À lire aussi : Des témoins racontent l'effondrement du pont en Italie : "On a vu le pylône s'en aller sur la droite".

Certains habitants, proches des lieux, ont confié à des médias italiens avoir d'abord pensé à "un tremblement de terre" en entendant le bruit assourdissant. D'autres ont raconté avoir vu la foudre s'abattre sur le pont juste avant la tragédie.

>>> À lire aussi : Photo avant-après : à quoi ressemblait le pont Morandi à Gênes avant l'effondrement ?

Les gravats ont effleuré les locaux d'une usine produisant de l'énergie dont l'entrée se trouve en contrebas, mais seul le parking a été touché. L'entreprise était vide à l'approche du 15 août, jour férié, à l'exception de la présence d'une équipe de maintenance.

5 images
Le pont Morandi à Gênes (Italie), le 14 août 2018. © Tous droits réservés

Rénové en 2016

Le pont Morandi, qui surplombe à une centaine de mètres de hauteur les quartiers périphériques de Sampierdarena et Cornigliano, faisait l'objet de travaux de consolidation à sa base et "d'activités constantes d'observation et de vigilance", selon la société italienne des autoroutes. Il a été construit entre 1963 et 1967 avec une structure mixte, un mélange de ciment armé précontraint et de ciment armé ordinaire. Des travaux de rénovation y avaient été déjà menés en 2016. 

>>> À lire aussi : "Un désastre inacceptable": Salvini réagit à l'effondrement du pont Morandi

Lors de sa conférence de presse, Matteo Salvini a pris "l'engagement devant les Italiens d'aller au bout pour déterminer les responsabilités" de l'effondrement. "Je ferai tout pour avoir les noms des responsables passés et présents. Il est inacceptable de mourir comme ça en Italie" a t-il martelé. 

Réactions politiques

Didier Reynders, le ministre fédéral des Affaires étrangères, a adressé "ses pensées [...] aux victimes de la tragédie de Gênes et à leurs familles." "Nous sommes solidaires avec la population et les autorités italiennes" a t-il assuré. Aucun ressortissant belge n'est impliqué dans l'accident.

"La France est aux côtés de l'Italie" et "se tient prête à apporter tout le soutien nécessaire", a assuré sur Twitter le président français. "Nos pensées vont aux victimes, à leurs proches et à tout le peuple italien", a tweeté Emmanuel Macron, qui a posté ce même message traduit en italien.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK