Italie: Silvio Berlusconi a viré les bimbos de ses listes électorales

Silvio Berlusconi a fait le tri dans les listes de son parti
Silvio Berlusconi a fait le tri dans les listes de son parti - © AFP PHOTO / TIZIANA FABI

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a procédé à un grand nettoyage de ses listes de candidats aux prochaines législatives, éliminant créatures sexy et plusieurs hommes politiques accusés de liens avec la mafia, relève mardi la presse italienne.

Fini le temps des présentatrices de télévision dont le principal atout était le physique avenant qui leur assurait une place dans les listes du Peuple de la liberté (PDL), le parti du Cavaliere, note La Stampa au lendemain du dépôt des listes définitives des candidats au scrutin des 24 et 25 février.

Silvio Berlusconi a dû éliminer des listes également plusieurs poids lourds de son parti soupçonnés de collusion avec la mafia, ceux que la presse a surnommé "les imprésentables".

La lutte a été particulièrement rude avec l'ancien secrétaire d'Etat à l'Economie, Nicola Cosentino, visé par un mandat d'arrêt de la justice italienne et que seul son mandat de député avait jusqu'à présent sauvé de la prison.

Un des plus proches et plus anciens collaborateurs de Silvio Berlusconi, le sénateur Marcello Dell'Utri, condamné à 7 ans de prison pour complicité mafieuse mais dont le procès se poursuit encore, a lui aussi été éliminé des différentes listes de candidats.

Les membres du PDL ayant des problèmes avec la justice n'ont cependant pas tous été éliminés, à commencer par Silvio Berlusconi lui-même, tête de liste dans toutes les circonscriptions pour la course au Sénat et condamné en octobre dernier pour fraude fiscale à quatre ans de prison.

Le Cavaliere est également sous le coup d'autres procès, dont un pour prostitution de mineure et abus de pouvoir, le Rubygate.

Cette épuration des listes a laissé intact le groupe dirigeant du PDL. En outre, tous les ex-ministres, chefs de groupes parlementaires et autres dignitaires du parti sont en course pour le scrutin.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK