Législatives en Italie: le mouvement 5 étoiles en tête des sondages, ne pourra sans doute pas gouverner

Près d'un électeur italien sur cinq avait déjà exprimé son vote à midi à l'occasion des élections législatives, selon le décompte du site d'information politique Youtrend. Le taux de participation atteint 19,3% (7.461 communes sur 7.958) et est en hausse par rapport aux dernières élections de 2013, lorsque 14,9% des électeurs avaient voté en matinée.

En Italie, l'affluence est traditionnellement plus élevée lors des élections législatives. En 2013, 75,2% des électeurs s'étaient rendus dans les bureaux de vote, contre 58,7% lors des européennes de 2014.

Le taux de participation varie également en fonction des régions, il est toujours plus élevé dans le Nord. A midi, l'affluence atteignait 15,9% à Naples, 20,4% dans le Piémont, 22,6% en Emilie-Romagne ou encore 22,3% en Vénétie.

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 7h en Italie pour des élections dont l'issue est incertaine, entre poussée de la droite et montée des populismes, avec Silvio Berlusconi appelé à jouer de nouveau un rôle de premier plan.

Une élection à l'issue incertaine

Les bureaux de vote ont ouvert à 7h et le resteront jusqu'à 23h. Tous les électeurs doivent élire 630 députés via un bulletin rose. Ceux qui ont plus de 25 ans recevront aussi un bulletin jaune pour choisir les 315 sénateurs.

Compte tenu de la complexité du nouveau système électoral, qui combine scrutin proportionnel et majoritaire, les sondages de sortie des urnes ne donneront qu'une indication du rapport de forces: il faudra attendre tard dans la nuit de lundi pour avoir une indication de la composition du futur Parlement.

Samedi encore, nombre d'électeurs se montraient indécis ou amers, au terme d'une campagne dominée par les questions liées à l'immigration, l'insécurité ou la faiblesse de la reprise économique en Italie.

Les derniers sondages autorisés, publiés le 16 février, font du Mouvement contestataire 5 Etoiles (M5S) le premier parti italien dans les intentions de vote, avec un score autour de 28%.
Mais le nouveau système électoral, qui combine représentation proportionnelle et scrutin majoritaire à un tour, rend improbable qu'il puisse, de même qu'aucun autre parti, être en mesure de gouverner seul au soir du scrutin. L'alliance de droite formée par Forza Italia de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, le petit parti libéral Noi con l'Italia (Nous avec l'Italie) et les partis d'extrême droite de la Ligue du Nord de Matteo Salvini et de Fratelli d'Italia (Frères d'Italie), devrait obtenir la majorité des sièges mais sans doute pas la majorité absolue.

 

>>> À lire aussi : 6 choses à savoir sur les élections italiennes <<<

Plus de 46 millions d'Italiens sont appelés à voter. Ceux de Belgique ne devront pas se rendre dans un bureau de vote ce dimanche. Car pour les Italiens de l'étranger, le scrutin s'est fait par correspondance, au moyen d'un bulletin préalablement reçu par courrier postal. Le vote s'est clôturé le 1er mars à 16h00 et les bulletins ont été renvoyés en Italie pour le dépouillement.

Tous les italiens de Belgique ne se sont pas accordés sur le vote d'aujourd'hui :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK