Italie: le gouvernement veut assouplir le port d'armes

Matteo Salvini, ministre italien de l'Intérieur
Matteo Salvini, ministre italien de l'Intérieur - © ANDREAS SOLARO / AFP

Le débat sur le contrôle des armes à feu s'invite en Italie. Le nouveau gouvernement songe à assouplir le port d'arme, alors que les actes de violence raciste se multiplient.

Il s'appelait Soumaila Sako : ce jeune Malien était l'une des figures de proue contre l'exploitation des migrants dans les champs d'orangers en Calabre. Il a été tué d'une balle dans la tête le 2 juin dernier alors qu'il ramassait de la ferraille. Cerasela n'a que 18 mois, elle risque la paralysie depuis que, le 19 juillet dernier, un homme lui a tiré dessus depuis son balcon avec une carabine à air comprimé. Cerasela est une petite fille Rom.

Dernier évènement en date à Palerme : un Sénégalais a été roué de coups et insulté parce qu'africain, alors qu'il faisait son travail de serveur dans un bar de la ville. En quelques jours ce sont au moins 7 évènements du même type qui ont été relevés par les forces de l'ordre. Les auteurs étaient toujours italiens.

"Alarme au racisme", crie le Parti démocrate; "propagande de gauche", répond le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, qui n'a pas arrêté pour autant de publier des messages clairement xénophobes sur les réseaux sociaux.

Le gouvernement italien veut mettre la main à la loi sur la légitime défense, en libéralisant en partie l'usage des armes. Le président de la république a demandé que l'Italie ne se transforme pas en Far-West.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK