Italie: le Cavaliere n'est pas sorti de l'auberge

Silvio Berlusconi
Silvio Berlusconi - © AFP

Le parquet de Milan a demandé le jugement immédiat de Silvio Berlusconi pour son implication dans ce scandale surnommé "le Rubygate". Le président du Conseil italien, qui fait l'objet d'au moins trois autres procédures pénales, pourrait donc être jugé avant l'été.

Silvio Berlusconi est à nouveau dans le collimateur de la Justice. Le parquet de Milan a demandé, mercredi,le jugement immédiat du président du Conseil italien, dans l'affaire de prostitution présumée du "Rubygate".

Silvio Berlusconi, qui est âgé de 74 ans, est soupçonné d'avoir payé pour des relations sexuelles, avec une mineure âgée de 17 ans, surnommée "Ruby".

Selon le parquet, le chef du gouvernement a abusé de ses fonctions, en mai dernier, pour faire libérer la jeune femme, arrêtée pour un vol présumé. Il aurait tenté d'étouffer l'affaire.

Les procureurs ont interrogé "Ruby" et d'autres jeunes femmes, qui auraient participé à des fêtes débridées dans la villa de Silvio Berlusconi, dans la banlieue de Milan, des jeunes femmes qui auraient eu des relations sexuelles avec lui.

Pour sa part, Silvio Berlusconi, dont le gouvernement ne tient qu'à un fil au Parlement, a démenti toutes les accusations. Il a dénoncé une enquête "dégoûtante" visant selon lui à le faire tomber.

Le Cavaliere est déjà poursuivi dans des affaires de corruption et fraude fiscale. Il a été éclaboussé par de précédents scandales de mœurs impliquant des jeunes femmes.

Pour une grande partie des femmes italiennes, ce nouveau scandale sexuel impliquant Silvio Berlusconi est l'affaire de trop. Des milliers d'Italiennes vont manifester en nombre, le 13 février, pour "défendre leur dignité".

 

Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK