Italie: l'état d'urgence humanitaire a été décrété

Des réfufiés tunisiens arrivés sur l'île italienne de Lampedusa
Des réfufiés tunisiens arrivés sur l'île italienne de Lampedusa - © AFP

Un mois après la chute de Ben Ali en tunisie, les autorités italiennes lancent un appel à l'aide. Car depuis la révolution, plusieurs milliers d'immigrés ont débarqué sur l'île de Lampedusa, porte d'entrée vers l'Europe. Un millier en une seule nuit.

Pour le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni, c'est un cauchemar. Élu sur les listes de la Ligue du Nord, il y a bientôt 3 ans, il avait promis de mettre un terme aux incessantes arrivées d'immigrés clandestins sur les côtes italiennes.

A force de signer des accords avec les dictateurs du Maghreb, il avait presque atteint son objectif. L'an dernier, il a pu fermer le centre d'accueil sur l'île de Lampedusa.

Le débarquement de milliers de Tunisiens ce week-end est donc considéré comme désastre politique. Rejeter la faute sur l'immobilisme de l'Union européenne n'atteint en rien l'impact désastreux que l'image de ces barques chargées de réfugiés ont eu sur les Italiens, effrayés par ces nouvelles arrivées.

Car les Tunisiens, des hommes pour la plupart, n'ont pu résister à l'espoir d'une vie meilleure en Europe. Les policiers tunisiens ont déserté les plages, la route est libre et les barques se multiplient dans le canal.

Le ministre italien veut donc tout faire pour limiter les dégâts. Il sait que les décisions prises par le Conseil des ministres européen pour aider l'Italie à affronter cette situation de crise prendront des semaines à être mise en place.

Alors aux grands maux, les grands remèdes, il déclare vouloir envoyer des patrouilles de la police italienne sur le territoire tunisien pour empêcher les candidats au départ à embarquer. Si les policiers tunisiens ne le font pas, les Italiens s'en chargeront, a-t-il dit.

Les réfugiés peuvent recevoir de l'aide mais l'objectif du ministre est de les rapatrier le plus rapidement possible en Tunisie.

Valérie Dupont, à Rome

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK