Italie: assassinat d'un maire écolo anti-mafia

Aux alentours de deux heures du matin, Angelo Vassallo, 57 ans, maire de centre-gauche de Pollica de la province de Salerne, a été retrouvé mort dans sa voiture, à quelques pas de son domicile.

Une autopsie du corps, criblé de balles, doit encore avoir lieu.

Tué pour un "non" de trop

Le maire s'était notamment opposé aux constructions illégales. Le procureur Alfredo Grecco chargé de l'enquête a indiqué que Vassallo "était préoccupé ces derniers temps et (le) tenait constamment informé de certaines choses". Raffaele Marino, substitut du procureur à Torre Anunziata, ancien juge anti-mafia, et ami personnel du maire assassiné, s'est dit convaincu que les commanditaires du meurtre appartiennent à la mafia locale, la Camorra. "Il a été tué pour un non de trop. Un non adressé à des gens qui ne supportent pas les réponses négatives", a indiqué le magistrat.

Angelo Vassallo s'était fait connaître en prenant en janvier dernier un arrêté municipal infligeant 1000 euros d'amende à toute personne jetant des cendres ou des mégots de cigarette par terre.

Elu à la tête d'une liste citoyenne proche de la gauche, il était très connu pour son attention pour l'environnement, obtenant pour la baie de Pollica la distinction "drapeau bleu" qui garantit en Italie des eaux d'une propreté irréprochable.

Slow Food

Angelo Vassallo était également le vice-président de Cittaslow, une réseau de communes engagées dans l'amélioration de la qualité de vie à travers la transmission au municipalités des expériences pilotes du monde oenogastronomique du mouvement Slow food, une organisation internationale de défense de la qualité de la cuisine et des produits régionaux.

"Ils ont tué un symbole de la légalité", a déclaré par voie de communiqué Carlo Petrini, président de Slow Food.

Sous le choc, beaucoup de commerçants ont gardé leurs boutiques et bars fermés lundi dans ce village touristique.

 

MD et AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK