Italie : après la formation du nouveau gouvernement rouge-jaune, Matteo Salvini est-il vraiment perdant ?

L’Italie se dote d’un nouveau gouvernement. Une alliance entre le Parti Démocratique (PD) de centre gauche et les populistes du Mouvement 5 Etoiles (M5S). En faisant voler en éclat le premier gouvernement de Giuseppe Conte, le leader de la Ligue d’extrême-droite, Matteo Salvini ne s’attendait probablement pas à cette issue.

La tâche de la nouvelle coalition ne sera pas facile mais pour ses adversaires, une chose est sûre : Salvini a perdu. Il est isolé et battu. Le voici pour 4 ans dans l’opposition. Mais pour Giuseppe Santoliquido, écrivain et spécialiste de la politique italienne, il est encore trop tôt pour affirmer cela.

"Trop tôt pour le dire. Remontons à la question de savoir pourquoi ne vote-t-on pas ? Parce que Matteo Salvini spéculait sur le fait qu’il n’y aurait pas d’accord entre le centre gauche, le Parti Démocrate, et le Mouvement 5 Etoiles, populiste. Parce qu’ils ne sont pratiquement d’accord sur rien. Et parce que c’est la somme de deux faiblesses : le M5S politiquement lacéré, a perdu la moitié de ses électeurs en quelques mois, de 34 à 17% aux européennes, et le PD qui depuis 3 ou 4 ans est sur un trend hypernégatif, où il a perdu toutes les élections depuis le référendum européen jusqu’à aujourd’hui." En l'absence d'accord sur les contenus, l'alliance est donc dangereuse...

Un calcul à plusieurs mois

"On pourrait dire que Salvini va dans l’opposition et donc que cela va lui donner moins de visibilité, mais pourrait aussi dire que ces deux partis qui ne sont d’accord sur rien ne vont pas pouvoir tenir longtemps ensemble et faire une loi budgétaire qui sera très dure, de 20 à 50 milliards d’euros, chose que Matteo Salvini ne voulait pas faire. Il a renvoyé la patate chaude à ses deux opposants déjà affaiblis. A mon avis, il se dit : 'Cela ne va pas durer très longtemps. Dans l’opposition, je vais pouvoir taper comme je sais si bien le faire sur ces deux partis. D’ici 6 à 7 mois, on retournera aux élections, et là, j’aurais sans doute une majorité absolue, seul ou en coalition avec l’extrême-extrême-droite, Fratelli d’Italia'. C’est un calcul qui peut aboutir."

Les sondages donnent 40% ou plus à la Ligue. En cas d'élections générales victorieuses pour le parti de Matteo Santini, s'il dispose d'une majorité à la Chambre et au Sénat, il aura aussi la main dans deux ans pour élire le président de la république et dans la foulée le conseil supérieur de la magistrature.

La pression sur les deux alliés du futur gouvernement Conte bis est énorme et pour Giuseppe Santoliquido, "les deux partis peuvent imploser". Ils savent qu’en cas d’élection, ils seraient battus et perdraient au moins la moitié de leurs sièges. "On ne chasse pas facilement des députés et des sénateurs qui sont attachés à leur siège", note-t-il. Ils tentent de sauver ce qui peut l’être, "avec l’appui des chancelleries occidentales" pour qui "il vaut mieux une loi budgétaire faite par des partis avec un minimum de rationalité que par des populistes et éviter l'instabilité politique", ajoute Giuseppe Santoliquido.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK