Israël tire des coups de semonce contre la Syrie, une première depuis 1973

Selon des sources militaires israéliennes, les artilleurs israéliens ont délibérément manqué la position syrienne. Les mêmes sources ont précisé que l'armée avait utilisé un missile antichar Tamuz à haute précision.

"Il y a peu de temps, un obus de mortier a touché un poste de l'armée israélienne sur le plateau du Golan près de la frontière israélo-syrienne, dans le cadre du conflit interne en Syrie. En réponse, les soldats israéliens ont tiré des coups de semonce en direction des zones syriennes", a affirmé l'armée dans son communiqué.

Israël menace d'une réponse sévère

Israël a parallèlement déposé plainte auprès des forces de l'ONU stationnées sur le Golan, en avertissant que "les tirs émanant de Syrie vers Israël ne seront pas tolérés et (que) notre réponse sera sévère".

"Nous suivons de près ce qui se passe à notre frontière avec la Syrie, et là-bas aussi nous sommes prêts à tout développement", avait auparavant affirmé le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors du conseil des ministres hebdomadaire.

Un obus de mortier est tombé dimanche matin sans faire de blessé dans le secteur du plateau du Golan contrôlé par Israël, près de la localité d'Alonei Habasham, selon une source militaire israélienne.

Incidents multiples sur le plateau du Golan

Jeudi, trois obus de mortier tirés à partir de la Syrie -apparemment des projectiles "tirés par erreur lors de combats entre les différentes forces en présence en Syrie", selon l'armée- étaient tombés sur le Golan sans faire ni victime ni dégâts. Et lundi, un véhicule militaire israélien avait été endommagé par des balles perdues tirées depuis le secteur sous contrôle syrien du plateau.

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie. Malgré l'occupation et l'annexion par Israël d'une partie du Golan syrien, que la communauté internationale n'a pas reconnue, les deux pays n'y ont pas connu d'affrontement notable depuis la fin de la guerre du Kippour.

L'ambassadeur israélien à l'ONU Ron Prosor a envoyé récemment une lettre au Conseil de sécurité pour lui demander d'agir, à la suite d'incursions de l'armée syrienne dans la zone tampon sur le Golan. Ces incidents "représentent une dangereuse escalade qui pourrait avoir des implications importantes pour la sécurité et la stabilité de la région", a affirmé M. Prosor dans sa lettre.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK