Israël: les travaillistes menacent de lâcher Benjamin Netanyahu

RTBF
RTBF - © RTBF

Le Parti travailliste en Israël a menacé jeudi de quitter la coalition du Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu, après la crise avec les Etats-Unis et les Palestiniens née de l'annonce par le gouvernement d'un nouveau projet de colonisation à Jérusalem-est.

"Les travaillistes ont de plus en plus de difficultés à participer à la coalition gouvernementale dans laquelle ils sont entrés pour relancer le processus de paix avec les Palestiniens", a déclaré le ministre de l'Agriculture, Shalom Simhon, du parti travailliste, à la radio militaire.

Mardi, le ministère de l'Intérieur a annoncé un projet de construction de 1600 logements juifs à Jérusalem-est (annexée), une décision qui a déclenché une sérieuse crise diplomatique avec l'administration de Barack Obama, en pleine visite du vice-président américain Joe Biden.

Ce dernier a "condamné" cette annonce qui survient alors que les Etats-Unis avaient arraché un accord pour des négociations indirectes entre Israéliens et Palestiniens.

"La colère de Biden est justifiée. Une grave erreur a été commise (par Israël), et il y a un prix à payer. Il est de plus en plus difficile pour nous, les travaillistes, de continuer à siéger dans ce gouvernement", a encore dit Shalom Simhon.

Le Parti travailliste, dirigé par l'influent ministre de la Défense Ehud Barak, compte 13 élus sur un total de 120 au Parlement.

Interrogé de son côté par la radio publique, le ministre travailliste des Affaires sociales, Yitzhak Herzog, a estimé que "le gouvernement n'a pas fait preuve de sagesse ces derniers jours, et doit être beaucoup plus prudent, notamment en surveillant étroitement le mécanisme des prises de décisions qui ont un impact politique".

Le président palestinien Mahmoud Abbas a informé mercredi la Ligue arabe qu'il ne reprendrait pas les négociations avec Israël sans l'annulation de ce projet de construction à Jérusalem-est.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK