Israël : la visite de Yaïr Lapid aux ministres UE est "la chance d’un nouveau départ" selon Josep Borrell

La visite ce lundi à Bruxelles du nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, à ses homologues de l’Union européenne "nous offre la chance d’un nouveau départ et d’un renforcement de nos relations bilatérales", a affirmé le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, à l’issue de cette rencontre.

L’Espagnol a réaffirmé que la sécurité d’Israël n’était pas négociable et que l’UE condamnait fermement le terrorisme, "mais nous attendons qu’Israël offre une perspective politique pour mettre un terme au conflit."

Le ministre israélien des Affaires étrangères a publiquement préconisé la solution à deux États, et c’est ce que nous, Union européenne, défendons fortement

"Trouver une solution avec les Palestiniens ne pourra que contribuer à la sécurité d’Israël. Le ministre israélien des Affaires étrangères a publiquement préconisé la solution à deux États, et c’est ce que nous, Union européenne, défendons fortement", a ajouté Josep Borrell.

"Nous savons que ce n’est pas pour demain, et nous connaissons la composition spéciale du gouvernement israélien, mais avons pu voir la bonne volonté du ministre Lapid pour améliorer le quotidien des Palestiniens, faire avancer la coopération et travailler avec nous pour reprendre la tenue des conseils d’association UE-Israël, si les conditions sont réunies", a ajouté Josep Borrell, à propos de cet organe de concertation qui ne s’est plus réuni depuis près de dix ans.


►►► À lire aussi : Coronavirus : Israël lance l’administration d’une 3e dose de vaccin à ses patients à haut risque


Pour cela, a-t-il ajouté, il faut un consensus entre les États membres, et Israël doit apporter sa pierre à l’édifice.

La ministre belge des Affaires étrangères, Sophie Wilmès, a souligné auprès de Yaïr Lapid que la paix et la sécurité d’Israël dépendaient en définitive "d’une solution globale au conflit, juste et équitable, et du respect des droits des Palestiniens en tant qu’individus et en tant que peuple."

La Belgique, comme l’UE, demande donc la fin de l’occupation et de la politique de colonisation, y compris à Jérusalem-Est

"La Belgique, comme l’UE, demande donc la fin de l’occupation et de la politique de colonisation, y compris à Jérusalem-Est. La démolition et la confiscation de propriétés dans la communauté palestinienne de Humsa – Al Bqai’a la semaine dernière sont extrêmement préoccupantes", a-t-elle affirmé, citée dans un communiqué.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK