La police israélienne examine un enregistrement impliquant Benjamin Netanyahu

La police israélienne, qui enquête sur une éventuelle implication de Benjamin Netanyahu dans des affaires de corruption, examine un enregistrement d'une conversation avec un patron de presse sur l'éventualité d'apporter une couverture plus favorable au Premier ministre, selon des informations diffusées dimanche.

Une aide en échange d'une couverture favorable

Selon la chaîne privée Channel 2, la police est en possession d'un enregistrement d'une conversation entre Benjamin Netanyahu et Arnon Moses, propriétaire du quotidien Yediot Aharonot et de son site d'information Ynet. Ce journal fournit une couverture traditionnellement hostile à Benjamin Netanyahu.

Cette même chaîne de télévision israélienne affirme que les deux hommes discutaient d'"un accord qui aiderait le Yedioth en échange d'une couverture favorable" au Premier ministre.

Selon Channel 2, les discussions entre Benjamin Netanyahu et l'éditeur portaient sur la possibilité de réduire ou fermer le supplément hebdomadaire du Israel HaYom, pour donner un coup de pouce aux ventes de son rival et à la fortune de la famille Moses.

En échange, ajoute la même source, le Yedioth baisserait le ton de sa couverture traditionnellement hostile à Benjamin Netanyahu. La chaîne ne précise pas quand cette conversation avait eu lieu ou si un accord avait été conclu.

Le Premier ministre interrogé durant 5 heures

Depuis son lancement en 2007, le tirage du quotidien gratuit pro-Netanyahu Israel HaYom dépasse celui de Yedioth. Le journal appartient au milliardaire américain juif Sheldon Adelson, soutien de longue date de Benjamin Netanyahu.

Le Premier ministre a été interrogé jeudi par les enquêteurs pendant cinq heures, pour la deuxième fois en une semaine, dans le cadre d'une enquête sur des cadeaux qu'il est soupçonné d'avoir reçus illégalement d'hommes d'affaires.

Channel 2 avait auparavant indiqué que Benjamin Netanyahu avait reçu pendant sept ou huit ans des boîtes de cigares de choix de la part d'Arnon Milchan, homme d'affaires israélien, producteur hollywoodien et ami du Premier ministre. La valeur totale de ces cigares s'élèverait à des dizaines de milliers de dollars, selon Channel 2.

La chaîne affirme également que la police soupçonnait Arnon Milchan d'avoir offert à l'épouse du Premier ministre, Sara, du champagne rose d'une valeur d'une centaine de dollars la bouteille.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK