Israël: enquête sur un policier soupçonné d'avoir eu la gâchette trop facile

Des membres des forces de sécurité israéliennes à Jérusalem le 2 décembre 2015
Des membres des forces de sécurité israéliennes à Jérusalem le 2 décembre 2015 - © AHMAD GHARABLI

Une enquête a été ouverte sur un policier israélien soupçonné d'avoir eu la gâchette trop facile lors d'une attaque palestinienne à l'arme blanche le mois dernier à Jérusalem, a annoncé dimanche le ministère israélien de la Justice.

C'est la première enquête ouverte contre un policier israélien en service pour un présumé usage excessif de la force depuis le cycle de violences qui a démarré début octobre entre Palestiniens et Israéliens, selon le ministère. 

Fin novembre, deux Palestiniennes, âgées de 14 et 16 ans, avaient blessé deux hommes à coups de ciseaux près du grand marché à Jérusalem-Ouest, la partie israélienne de la ville. Jérusalem-Est, partie palestinienne, est occupée par Israël depuis 1967. La plus âgée avait été tuée et celle de 14 ans a été grièvement blessée par un policier qui était sorti de sa voiture et avait brandi son arme en leur ordonnant de se rendre.

Le ministère de la Justice vérifiera ces dénonciations : "Une enquête a été ouverte (...) dont le but est de vérifier les accusations qui ont été exprimées, selon lesquelles le policier a tiré sur la terroriste alors que cette dernière était neutralisée et que, selon les accusations, elle ne représentait plus de danger"

Lors de son interrogatoire, le policier a affirmé qu'il avait continué à tirer parce qu'il estimait que la jeune femme représentait toujours un danger, a précisé le ministère de la Justice.

Des attaques qui se multiplient 

Depuis le 1er octobre, des attaques à l'arme blanche ou à la voiture bélier contre des Israéliens et des affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens, en Israël et dans les territoires palestiniens occupés par Israël, ont fait 116 morts palestiniens, dont un Arabe israélien, 17 israéliens ainsi qu'un américain et un erythréen, selon un décompte de l'AFP.

La majorité des Palestiniens tués l'ont été en commettant ou tentant de commettre des attaques.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK