Israël continue de construire dans une colonie et tente de dédramatiser

Vue d'habitations illégalement construites dans le  quartier d'Oulpana, dans la colonie de Beit El près de Ramallah, le 22 avril 2012
2 images
Vue d'habitations illégalement construites dans le quartier d'Oulpana, dans la colonie de Beit El près de Ramallah, le 22 avril 2012 - © Gali Tibbon

Israël a approuvé jeudi la construction de 296 logements dans la colonie de Beit El, en Cisjordanie, tout en tentant de rassurer les États-Unis qui s'efforcent de relancer les négociations avec les Palestiniens gelées depuis septembre 2010.

La ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, également chargée des négociations avec les Palestiniens, a aussitôt minimisé l'impact de cette décision au lendemain d'une rencontre à Rome avec le secrétaire d’État américain John Kerry.

"J'ai été informée de l'annonce (sur Beit El) en sortant de la réunion (avec John Kerry), j'ai vérifié (...) et nous avons immédiatement informé les Américains. Il n'y a pas lieu d'en faire un drame ou de se laisser aller à la colère", a affirmé Tzipi Livni à la radio militaire.

"Ils (les Américains) ont écouté, ils ont compris et ils n'ont pas réagi", a ajouté Tzipi Livni.

Selon elle, la construction des 296 logements dans la colonie de Beit El, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée, résulte d'un accord intervenu en juin 2012 avec des colons qui s'étaient installés sans autorisation dans un quartier de Beit El.

Ces colons avaient accepté de quitter les lieux sans violence en échange de la promesse de construire quelque 300 logements pour eux.

Un porte-parole de l'administration militaire israélienne a affirmé à l'AFP que le feu vert donné "ne constitue que la première étape d'un processus avant que la construction ne commence sur le terrain". Selon lui, "les responsables politiques devront donner leur feu vert pour chacune des étapes de ce projet".

"Netanyahu trompe tout le monde"

L'annonce sur Beit El intervient quelques jours après des informations de médias et d'une ONG israélienne selon lesquelles le Premier ministre Benjamin Netanyahu a suspendu les appels d'offres pour de nouveaux logements dans les colonies afin de donner une chance aux États-Unis de relancer des négociations avec les Palestiniens.

La Paix Maintenant, une ONG israélienne opposée à la colonisation, a dénoncé ce projet de construction à Beit El.

"Cette initiative prouve que Netanyahu trompe tout le monde. D'un côté, il laisse croire qu'il freine la colonisation et de l'autre il autorise le lancement d'un énorme projet de construction", a affirmé à l'AFP Hagit Ofran, de La Paix Maintenant.

Interrogée sur les discussions menées par John Kerry pour relancer les négociations de paix, Tzipi Livni s'est montrée circonspecte.

"Il y a des progrès vers l'ouverture de négociations. Il y a une sorte de dynamique qui s'est mise en place. Le secrétaire d'Etat fait preuve d'une détermination que nous n'avons pas connue depuis des années", a affirmé la ministre israélienne.

Le site du quotidien Haaretz avait précisé mardi que John Kerry avait demandé en mars à Benjamin Netanyahu, qui est opposé à un gel total de la colonisation, de "restreindre" la construction dans les implantations.

Selon le quotidien, la direction palestinienne aurait consenti de son côté à suspendre pendant ce délai toute démarche pour adhérer à des organisations internationales, y compris les instances judiciaires susceptibles de poursuivre Israël, comme l'accession de la Palestine au statut d’État observateur à l'ONU le 29 novembre lui en donne désormais le droit.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK