Israël accuse Amnesty d'être manipulé par le Hamas

"Le ton général du rapport démontre que l'organisation a succombé aux manipulations du Hamas, une organisation terroriste", a affirmé le porte-parole de l'armée dans un communiqué.

Dans son rapport sur l'offensive à Gaza (27 décembre - 18 janvier), l'organisation de défense des droits de l'homme basée à Londres accuse l'armée israélienne de n'avoir pas "distingué entre cibles civiles et militaires" et de s'être servie de civils, y compris d'enfants, comme "boucliers humains".

Elle accuse aussi le Hamas, au pouvoir à Gaza, et les autres groupes armés palestiniens de "crimes de guerre" pour avoir tiré des centaines de roquettes contre Israël. Mais elle nie que le Hamas se soit servi de la population palestinienne comme "bouclier humain" à Gaza.

Ce rapport "n'est pas équilibré", a dit le porte-parole arguant qu'il ne tient pas compte des "neuf années durant lesquelles le Hamas a constamment tiré des roquettes vers un quart de millions d'Israéliens. Il présente un point de vue déformé des lois de la guerre qui ne correspondent pas aux règles appliquées par les Etats démocratiques en lutte contre le terrorisme".

"Le rapport ignore les efforts déployés par l'armée israélienne pour éviter au maximum que soit porté atteinte à des civils non-combattants", a-t-il souligné en accusant le Hamas "d'avoir mené des opérations à partir de zones densément peuplées en utilisant la population comme bouclier humain".

Dans son rapport intitulé "22 jours de morts et de destruction à Gaza", Amnesty confirme le bilan des services de santé palestiniens de 1400 Palestiniens tués et quelque 5000 blessés et le fait que de larges secteurs de la bande de Gaza ont été dévastés, avec plus de 2700 bâtiments détruits.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK