Islande: la police abat un forcené et présente ses condoléances

La première opération armée de la police de Reykjavik
La première opération armée de la police de Reykjavik - © HALLDOR KOLBEINS - IMAGEGLOBE

Une première dans l'histoire de la police en Islande, l'un des pays au monde où la criminalité est la plus faible! Mardi dans la capitale, des policiers d'une unité d'élite ont été appelés à neutraliser un forcené qui tirait depuis la fenêtre de son appartement. Après l’avoir abattu, la police a présenté ses condoléances à sa famille.

Les interventions policières style "Rambo", voilà du méconnu sur cette île du nord de l'Atlantique, où le quotidien de la police vise à résoudre de petites agressions, majoritairement attribuées à de jeunes délinquants et à des toxicomanes. Dans ce pays de 322 000 habitants, l'un des derniers messages sur le site internet des forces de l'ordre appelait les habitants à ne pas trop perdre du regard les téléphones portables, victimes de vols à répétition. C'est à résoudre ce genre d'affaires que les quelque 600 policiers - qui opèrent sans arme - occupent la majorité de leur temps. Seuls quelques dizaines d'entre eux sont armés.

Deux policiers touchés

Et ce sont des policiers de l'une de ces unités spéciales qui ont été appelés hier pour neutraliser un sexagénaire qui tirait depuis les fenêtres de sa maison de la capitale Reykjavik.

L'intervention s'est déroulée en quatre temps. D'abord les tirs du forcené; ensuite l'intervention des forces de l'ordre avec lancer de grenades au gaz... mais sans résultats. Puis de nouveaux tirs du forcené et enfin l'attaque contre l'appartement au cours de laquelle le tireur a visé les policiers. L'un a pris une balle dans le casque et un autre dans le gilet pare-balles. L'homme a alors été blessé gravement, et est mort plus tard à l'hôpital.

Voilà pour cette première de l'histoire de la police islandaise, qui a présenté ses condoléances à la famille de la victime

Willy Vandervorst

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK