Iran : le président Rohani devrait revenir à l'accord sur le nucléaire de 2015

Iran : le président Rohani devrait revenir à l’accord sur le nucléaire de 2015
Iran : le président Rohani devrait revenir à l’accord sur le nucléaire de 2015 - © HO - AFP

L’Iran prévoit de revenir à l’accord nucléaire international de 2015 en vertu duquel il a renoncé à la poursuite des armes nucléaires en échange d’un assouplissement des sanctions et qu’il avait commencé à ignorer après le retrait des États-Unis, a déclaré son président lundi.

"[Le président américain Donald] Trump et quelques personnes rancunières en Iran veulent faire disparaître l’accord… mais nous ne l’avons pas permis et nous continuerons à ne pas le permettre", a déclaré Hassan Rohani lors d’une conférence de presse.

Adhérer aux termes de l’accord pourrait signifier la fin des sanctions et de la crise économique du pays, a-t-il dit, ce qui serait dans l’intérêt national du pays.

"Nous ne devrions pas laisser des sujets secondaires inutiles comme les querelles domestiques nous faire perdre de vue ce prix principal", a déclaré Mme Rowhani.

Le président iranien faisait référence à une loi adoptée par le Parlement au début du mois par les partisans de la ligne dure, qui permettrait au gouvernement d’accélérer les processus d’enrichissement de l’uranium et de bloquer, voire de mettre à la porte, les inspecteurs nucléaires internationaux. Cette loi contredit plusieurs parties de l’accord de 2015.

Des solutions plutôt que des problèmes

Hassan Rohani a fait remarquer que l’entrée en vigueur de cette nouvelle loi empoisonnerait non seulement les relations avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, mais rendrait en outre plus difficile la reprise des négociations avec les États-Unis lorsque le nouveau président Joe Biden entrera en fonction le mois prochain.

"La nouvelle loi au Parlement n’était pas intelligente", a-t-il estimé, notant que l’Iran a besoin de solutions, pas de nouveaux problèmes.

Le dirigeant s’est dit convaincu que l’Iran pouvait régler ses différends avec les Etats-Unis sous la présidence de Joe Biden. "Dès que les États-Unis reviendront sur l’accord, nous ferons de même. […] Ce serait facile à faire et pourrait être fait rapidement."

L’accord de 2015 avait été signé par la dernière administration américaine, au sein de laquelle le futur locataire de la Maison Blanche était vice-président.

Accord sur le nucléaire iranien: archives JT du 14/07/2015

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK