Iran: la révolte gronde, le pouvoir serre la vis

Manifestations à Téhéran
4 images
Manifestations à Téhéran - © Archives AFP

L'Iran est aussi gagné par un mouvement de protestation et le régime iranien fait à nouveau preuve d'une extrême fermeté face aux manifestations anti-gouvernementales. Après les manifestations de lundi, des députés de la majorité ont réclamé, mardi, la peine de mort contre les dirigeants de l'opposition.

C'est une réponse musclée du régime iranien, face aux manifestations de l'opposition qui se sont déroulées lundi dernier.

Mahmoud Ahmadinejad s'en est pris directement aux manifestants, mardi, lors d'une allocution télévisée. Le président iranien a estimé que les "ennemis", qui avaient orchestré les manifestations anti-gouvernementales, ne  parviendraient pas à atteindre leurs objectifs.

Parallèlement, lors d'une session parlementaire, les députés conservateurs ont appelé à "pendre" les chefs de l'opposition. Ils ont aussi violemment attaqué les responsables des manifestations, les accusant de faire le jeu des "Etats-Unis et du sionisme".

Pour la première fois depuis un an, des milliers de personnes ont manifesté, lundi, dans le centre de Téhéran, malgré l'interdiction des autorités. Des manifestations se sont également déroulées dans d'autres villes du pays, des rassemblements à l'appel des chefs de l'opposition, l'ex-Premier ministre Mir Hossein Moussavi, et l'ancien président du Parlement Mehdi Karroubi.

Les manifestations visaient à soutenir les mouvements populaires en Egypte et Tunisie. Ces rassemblements ont été marqués par la mort de deux personnes et de nombreux blessés.

La communauté internationale surveille de près la situation en Iran. L'Union Européenne et les Etats-Unis font pression sur les autorités iraniennes pour qu'elles respectent le droit de manifester et lèvent les restrictions à l'opposition.

 

Nicolas Willems

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK