Iran : des Iraniens manifestent pour dénoncer l’attitude des autorités iraniennes dans l’affaire de l’avion abattu

C’était d’abord des rassemblements d’hommage aux victimes du vol Ukraine International Airlines PS752, abattu "par erreur" par l’armée iranienne. Des étudiants se sont notamment réunis devant la Amirkabir University de Téhéran, une des plus importante du pays. D’après RFI, d’anciens étudiants de cette université se trouvaient dans l’avion.

Rendre hommage et dénoncer

Mais très vite, les hommages se sont transformés en manifestations pour dénoncer l’attitude des autorités iraniennes. Les manifestants reprochaient aux autorités iraniennes d’avoir d’abord nié le scénario d’une bavure de l’armée et ensuite d’avoir trop tardé avant d’avouer cette "erreur" qui a coûté la vie à 176 personnes.

1 images
Des étudiants iraniens manifestent devant la Amirkabir University à Téhéran, le 11 janvier 2020, pour rendre hommage aux victimes du vol Ukraine International Airlines PS752 et pour dénoncer l’attitude des autorités iraniennes face à cette bavure. © ATTA KENARE

Des appels à la démission lancés dans la rue

Les protestataires, principalement des jeunes, voulaient dénoncer ce qu’ils appellent une manœuvre du gouvernement pour cacher la vérité. Ils ont scandé des slogans à l’encontre de l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême iranien, demandant notamment sa démission. D’autres criaient "mort au dictateur". Il est rare, en Iran, de voir des manifestants oser ouvertement critiquer le guide suprême dans la rue. En novembre 2019, des manifestations avaient eu lieu en Iran pour dénoncer l’augmentation du prix du carburant. Elles avaient été réprimées. Selon l’agence Reuters qui avait enquêté sur le sujet, 1500 personnes au moins avaient été tuées lors de ces manifestations.

Donlad Trump adresse un message à l’Iran, aussi en persan 

Le président américain, Donald Trump a averti samedi les autorités iraniennes, via les réseaux sociaux, qu’il ne pouvait "pas y avoir un autre massacre de manifestants pacifiques", en référence au mouvement de contestation qui avait eu lieu dans le pays en novembre dernier. Avant de terminer en précisant "le monde regarde". Un message adressé en anglais et en persan, la langue officielle en Iran. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK