Irak : la justice allemande reconnaît le génocide des Yazidis, une "victoire" pour la prix Nobel Nadia Murad

La justice allemande a condamné un jihadiste irakien pour "génocide" de la minorité yazidie, une première au monde saluée par la Prix Nobel de la paix, Nadia Murad, comme "une victoire" pour la reconnaissance des exactions commises par l’organisation État islamique (EI).

C’est la première fois qu’un tribunal juge que ces massacres perpétrés contre la communauté kurdophone dans le nord-ouest de l’Irak relèvent du "génocide", déjà reconnu comme tel par des enquêteurs de l’ONU.

Les juges de la Haute Cour régionale de Francfort ont condamné à la perpétuité Taha Al-Jumailly, 29 ans, pour "génocide, crime contre l’humanité ayant entraîné la mort, crimes de guerre et complicité de crimes de guerre" notamment.

"Ce verdict est une victoire pour les survivants du génocide, les survivants de violences sexuelles et l’ensemble de la communauté yazidie", a affirmé Nadia Murad, ancienne esclave sexuelle de l’EI, et figure mondialement connue des Yazidis.

La lecture du verdict a été brièvement interrompue après que le condamné, qui a suivi les débats avec un interprète, eut perdu connaissance.

Taha Al-Jumailly, 29 ans, qui avait rejoint les rangs de l’EI en 2013, a été reconnu coupable d’avoir durant l’été 2015 à Falloujah, en Irak, laissé mourir de soif une fillette yazidie de cinq ans qu’il avait avec sa mère réduite en esclavage.

Pour ce forfait, son ex-épouse Jennifer Wenisch, 30 ans, a déjà été condamnée à dix années de prison le mois dernier à Munich.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK