Donald Trump accuse les médias de mentir sur la taille de la foule venue l'écouter

Vue de la foule amassée près du Capitole pour l'investiture de Donald J. Trump.
Vue de la foule amassée près du Capitole pour l'investiture de Donald J. Trump. - © Belga

Le nouveau président des Etats-Unis Donald Trump a accusé samedi les médias d'avoir menti sur l'estimation du nombre de personnes ayant assisté vendredi à sa prestation de serment, affirmant, contre toute évidence, qu'"un million et demi de personnes" étaient présentes."J'ai fait un discours, j'ai regardé, et cela avait l'air d'un million, un million et demi de personnes", a-t-il affirmé à l'occasion d'une visite au siège de le CIA.

"Honnêtement, cela avait l'air d'un million et demi de personnes, cela allait jusqu'au Washington monument (...) et je regarde cette chaîne de télévision, et ils montraient des pelouses vides et parlaient de 250.000 personnes", a-t-il encore dit. "C'est un mensonge", a-t-il poursuivi. La police américaine ne fournit jamais de chiffre lors des manifestations mais les images aériennes diffusées vendredi par les télévisions américaines montraient une foule qui n'allait pas jusqu'au Washington Monument et était clairement inférieure à un million et demi.

Cette foule était aussi notoirement plus faible que celle qui s'était rassemblée au même endroit lors des deux prestations de serment de Barack Obama, en 2009 et en 2013, comme le montre cette comparaison des photos prises en 2009, sous Obama, et en 2017, sous Trump.

Remettre en cause les médias est devenu une habitude pour Donald Trump, qui n'hésite par à affirmer ses contre-vérités sans pour autant avoir de preuves tangibles. On se souvient ainsi ce fameux tweet où il prétend qu'il a bien gagné le vote populaire (qu'il a donc eu plus de voix qu'Hillary Clinton, alors que celle-ci la devance de près de trois millions de voix) si l'on ne compte pas "les millions de votes illégaux." Personne n'a jamais su quels étaient ces votes illégaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK