Insurrection à Washington : ce que signifient les différents drapeaux des manifestants

Un drapeau américain à 13 étoiles, un drapeau des états confédérés: beaucoup de symboles forts mercredi devant le Capitole.
13 images
Un drapeau américain à 13 étoiles, un drapeau des états confédérés: beaucoup de symboles forts mercredi devant le Capitole. - © AFP

Les milliers de manifestants pro-Donald Trump ont marqué l’histoire d’une sombre manière, ce mercredi, en envahissant le Capitole, à Washington DC. Tous revendiquent la victoire de leur candidat à l’élection de novembre, alors que les résultats officiels ont attribué le poste de président des Etats-Unis au démocrate Joe Biden.

Mais ce n’est pas le seul message qu’ils ont voulu faire passer. Les drapeaux brandis permettent d’en savoir plus sur leurs revendications, leurs intentions et leur credo.

  • Le drapeau des Etats confédérés

Pour plusieurs historiens spécialistes des Etats-Unis, dont Nichole Bacharan, ce drapeau est un symbole raciste. "C’est toujours un emblème raciste clair comme de l’eau de roche, utilisé par les groupes d’extrême droite, et parfois par les groupes de défense du port des armes", disait-elle en 2015, après une polémique liée à la présence de ce symbole sur des bâtiments officiels de l’état de Caroline du Sud.

Mercredi, on a pu voir ce drapeau à de nombreuses reprises, notamment dans l’enceinte du Capitole. Il représente une croix bleue, des étoiles blanches et un fond rouge. A quoi fait-il référence ?

Son origine remonte à la guerre de Sécession, entre 1861 et 1865. C’est l’emblème des sept, puis neuf, puis onze, puis treize Etats du Sud (les étoiles blanches), favorables à l’esclavagisme. A l’époque, ces Etats veulent devenir indépendants et se séparer de l’Union. Ils veulent donc faire sécession. S’ensuit une guerre particulièrement violente. Aujourd’hui, ce drapeau est récupéré par les nostalgiques de l’esclavagisme, de la domination blanche et d’une Amérique brutale, comme le Ku Klux Klan.

Mercredi, une variante personnalisée a pu être aperçue avec une mitraillette M16 américaine peinte en son centre et le message "Come and take" (viens et prends). Comprenez : le pouvoir.

  • Trump 2020. No more bullshit

Lors de la campagne présidentielle, le président sortant Donald Trump a usé de slogans radicaux pour galvaniser ses partisans. L’un d’eux donnait clairement le ton : "No more Bullshit" à traduire poliment par "Fini les conneries". Il s’adresse aux opposants du milliardaire : les démocrates, les médias, les militants anti-racistes…

Ce drapeau affiché ostensiblement avant l’élection a toujours la cote, comme on a pu le voir mercredi à Washington. Certains manifestants l’ont fait entrer dans le Capitole et l’ont accroché à des statues, comme celle du président Gerald Ford, républicain conservateur, successeur de Richard Nixon en 1974.

  • Le drapeau américain avec les étoiles en cercle

Encore un symbole du passé. Ce drapeau américain présentant non pas 50 étoiles (les 50 Etats actuels) mais 13 en cercle est la première version, datant du 18e siècle. Les 13 étoiles représentent le nombre d’Etats des premières colonies. Il a été conçu, selon la légende, par la couturière Betsy Ross, mandatée par George Washington, premier président américain.

Ce drapeau fait polémique parce qu’il est associé à la période de l’esclavagisme. En 2019, la marque Nike doit faire marche arrière après avoir posé le drapeau à 13 étoiles sur une paire de baskets.

Vives protestations notamment de l’ex-footballeur américain noir Colin Kaepernick, figure de la lutte contre le racisme aux Etats-Unis. Ce drapeau reste un symbole raciste pour beaucoup d'historiens des Etats-Unis.

  • "Don’t tread on me" et le serpent à sonnette

Le Gadsden Flag est un drapeau jaune sur lequel a été dessiné un serpent à sonnette sur le slogan "Don’t tread on me". Cette phrase peut être traduite par : "Ne me marche pas dessus" ou "bas les pattes".

On doit cette symbolique à Benjamin Franklin, l’un des pères fondateurs des Etats-Unis, au temps de la guerre d’indépendance. Benjamin Franklin, écrivain et homme politique dessine en 1754 un serpent découpé couplé à la devise "Join or die" (rejoins-nous ou meurs). Le serpent est le symbole des colonies.

Lors de la révolution contre les Anglais, le drapeau prend forme. Serpent et "Don’t tread on me" (inspiré par les Ecossais et du latin "Nemo me impune lacessit") ne font plus qu’un grâce au colonel Christopher Gadsden, en 1775, qui le présente au Congrès de Caroline du Sud.

Aujourd’hui, ce drapeau a plusieurs significations. De nombreux groupes et institutions se l’approprient. La marine américaine tout d’abord (dans une version différente), les groupes libertariens également dont c’est l’emblème officiel, le Tea-Party (anti-taxes), mais aussi les pro-armes.

  • Le drapeau américain, la croix, une arme

L’image était forte, ce mercredi : celle de ces partisans de Trump plantant une croix géante en bois devant le Capitole. Cette croix, on a pu également la retrouver sur certains drapeaux américains aux côtés, une fois encore, d’une mitraillette M16 américaine, symbole du GI lors de la Guerre froide.

En dessous, le nom de Trump. Pour ses partisans, Trump représente l’autorité, défend le port d’armes et la défense de la civilisation chrétienne.

  • "Born raised and protected"

"Born raised and protected by God, guns, guts & glory" (Né et protégé par Dieu, les armes, les tripes et la gloire). Cette formule a été brandie mercredi par des partisans de Trump au travers d’un drapeau mêlant plusieurs drapeaux : le drapeau américain, le Gadsden Flag…

Ces activistes déclarent se raccrocher au passé glorieux des Etats-Unis, à ses valeurs et à ses racines religieuses. Ils flattent l’instinct violent chez l’homme et prônent la révolution. Ils défendent surtout le deuxième amendement de la Constitution qui autorise le port d’arme. Sur ce drapeau, également, c’est un M16 qui est fièrement représenté.

Certains vendeurs en ligne offrent en même temps un pin’s de Donald Trump en Punisher, le héros de la série créé par les studios Marvel.

  • Les drapeaux de différents Etats américains

Les manifestants rassemblés devant le Capitole venaient de tout le pays, en témoignent les drapeaux des Etats visibles au pied du Capitole. On a pu apercevoir la torche illuminée de l’Etat de l’Indiana (Nord du pays) mais aussi de la Caroline du Nord (Est)…

  • Un drapeau du… Tibet

Non, ce n’est pas un fake. Une photo de l’AFP a immortalisé un combo surprenant: drapeau pro-Trump, drapeau américain et drapeau du Tibet. Quel message a voulu faire passer le créateur de ce mat ? Le Tibet est occupé la Chine, ennemi commercial des Etats-Unis sous l’ère Donald Trump. Il faut donc peut-être y voir un message en faveur de l’économie et de la diplomatie américaines.

Il y a aussi peut-être un lien à faire avec l’actualité récente. Fin décembre, une loi signée par Donald Trump autorise l’imposition de sanctions américaines contre des responsables chinois qui interféreraient dans le processus de désignation du prochain Dalaï-lama. Brandir le drapeau tibétain, c'est aussi, pour certains Américains, une manière de se ranger du côté de Donald Trump.

  • Le Pine tree flag

Ici aussi, retour au passé. Le "Pine tree flag", le drapeau du pin, remonte à 1775. Il a été utilisé durant la Révolution américaine par les troupes de Georges Washington et la Massachussetts Navy. Il comporte le slogan "Appeal to Heaven", "Appel au ciel (au paradis)". 

Le pin était le symbole de plusieurs tribus indiennes avant d'être récupérés par les colons. La phrase "Appeal to heaven" est tiré des écrits du philosophe britannique John Locke (1632-1704), une référence pour les colons. Il avait théorisé dans ses travaux le droit à la révolution. Ce qu'entreprendront plus tard les colons en Amérique, contre les Britanniques.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK