Interdiction de la burqa aux Pays-Bas: accusé d'islamophobie, un quotidien néerlandais déchaîne les réseaux sociaux

Interdiction de la burqa aux Pays-Bas: accusé d'islamophobie, un quotidien néerlandais déchaîne les réseaux sociaux
Interdiction de la burqa aux Pays-Bas: accusé d'islamophobie, un quotidien néerlandais déchaîne les réseaux sociaux - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le port du voile intégral, tel que la burqa ou le niqab, est interdit aux Pays-Bas à partir de jeudi dans les écoles, les hôpitaux, les bâtiments publics et les transports en commun, conformément à une nouvelle loi dont l'application faisait débat.

Sous peine d'une amende de 150 euros, "il est désormais interdit de porter des vêtements qui couvrent le visage dans les établissements d'enseignement, les institutions et les bâtiments publics, dans les hôpitaux et dans les transports en commun", a déclaré le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

"Dans ces endroits, il est important pour la sécurité publique et pour le bon fonctionnement des services publics que tout le monde puisse se reconnaître et se regarder", estime-t-il.

Il est donc interdit de porter des vêtements rendant le visage méconnaissable, comme un casque intégral, une cagoule ou une burqa, a-t-il précisé.

Selon le ministère de l'Intérieur, il incombe aux employés des écoles, des hôpitaux et des institutions et aux chauffeurs de refuser l'accès à une femme portant un voile intégral ou d'appeler la police.

Le secteur des transports en commun a toutefois annoncé que les chauffeurs n'arrêteront pas leur bus, tram, train ou métro pour faire descendre une femme en infraction car cela entraînerait des retards.

Plusieurs hôpitaux du pays ont également déclaré qu'ils "ne refuseraient pas de prodiguer des soins à qui que ce soit, peu importe les vêtements portés".

Le quotidien Algemeen Dagblad (AD) vivement critiqué

Ce mercredi, le troisième quotidien des Pays-Bas publiait sur son site internet un article sous forme de "questions-réponses" sur la nouvelle loi relative au port du voile intégral. "Que puis-je faire moi-même si je vois quelqu'un avec une burqa ?", demande l'une de ces questions.

Le journaliste conseille alors aux internautes de "demander à la femme de retirer sa burqa ou de quitter les lieux", puis d'appeler la police, ou encore de "procéder à une arrestation civile". "La contrainte ne peut être utilisée que pour empêcher un suspect de s'enfuir, par exemple en plaquant quelqu'un au sol", est-il expliqué.

Il n'en fallait pas plus pour s'attirer les foudres des réseaux sociaux. De nombreux internautes y voient une incitation à la délation et n'hésitent pas la comparaison avec l'Allemagne nazie. "Quand j'entrerai dans une banque avec une cagoule, on se questionnera aussi sur ce qui est permis ?", s'interroge l'un d'entre eux. "Sérieusement, AD ? Vous nourrissez le discours des nazis. Votre journal revient en 1933", s'indigne un autre.

Le vidéaste Squirrel Monkey, connu sur YouTube pour ses montages rétro-futuristes, dénonce quant à lui la récupération de l'article par la fachosphère néerlandaise.

200 à 400 femmes sur 17 millions d'habitants

Selon les estimations, entre 200 et 400 femmes portent la burqa ou le nikab aux Pays-Bas, pays de 17 millions d'habitants.

Cette loi a été votée en juin 2018 après une quinzaine d'années de débat politique sur le sujet. Le député anti-islam Geert Wilders avait proposé en 2005 le vote d'une législation sur le voile intégral.

Le port de la burqa reste autorisé dans la rue, contrairement à la législation en vigueur depuis 2010 en France, où la burqa et le nikab sont interdits dans l'espace public. La Belgique, le Danemark et l'Autriche ont adopté une législation similaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK