Intempéries en Europe: trois morts en Italie, la Corse en vigilance rouge

La vague de mauvais temps qui frappe l'Italie depuis dimanche a fait trois morts lundi et provoqué la fermeture de nombreuses écoles, tandis que l'eau a atteint un niveau historique à Venise.

Deux personnes ont succombé quand un arbre est tombé sur leur véhicule non loin de Rome. Un jeune homme été tué par la chute d'un arbre en pleine rue dans la région de Naples, selon les autorités.

Une grande partie de l'Italie était en état d'alerte en raison de la conjonction de vents violents, fortes précipitations et grandes marées.

Situation en Italie

L'alerte est rouge dans le nord (Ligurie, Lombardie, Vénétie, Frioul, Trentin) et dans les Abruzzes (centre), elle est orange sur une bonne partie du reste de la péninsule et en Sicile.

Toutes les écoles de Vénétie sont fermées, de même que celles de Rome, Gênes (nord-ouest), Messine (Sicile) et de nombreuses communes du Piémont et de Toscane.

Au total, les pompiers italiens ont annoncé dans la matinée avoir déjà mené près de 500 opérations liées aux intempéries depuis minuit, mais seuls quelques blessés légers ont été signalés dans l'immédiat.

A Venise, où le marathon de la ville s'est couru hier les pieds dans l'eau, un phénomène d'"acqua alta" exceptionnel était attendu ce lundi et les prévisions se sont avérées: peu avant 15H00, l'eau  a atteint un pic de 156 cm dans la cité des Doges, un niveau pour lequel les passerelles en bois habituellement disposées pour permettre de circuler au sec en cas d'inondation ne sont plus sûres. La place Saint-Marc est devenue inaccessible pour les touristes et beaucoup ont dû se résoudre à parcourir les rues alentour, les enfants sur les épaules et les pieds trempés dans des bottes trop basses.

C'est la 6ème fois dans l'histoire récente de la ville que l'"acqua alta" dépasse les 150 cm: elle avait atteint 151 cm en 1951, 166 cm en 1979, 159 cm en 1986, 156 cm en 2008 et un record de 194 cm en novembre 1966.

Les inquiétudes concernent d'autres régions dans le nord, où le niveau du fleuve Pô est déjà monté de 2,5 mètres en 24 heures: après un mois de septembre marqué par des précipitations inférieures de 60% à la moyenne, la sécheresse des sols accentue les risques d'inondations.

Dans le nord-est, des rafales de vent jusqu'à 100 km/h sur les côtes et 150 km/h en montagne sont attendues dans la soirée de lundi, avec un total de précipitations en quelques jours équivalent à la pluviométrie de plusieurs mois. Certaines zones montagneuses du nord de la Vénétie ont déjà dépassé les 400 mm de pluie cumulés depuis samedi, et les services météorologiques prévoient de fortes précipitations.

Le Sud n'est pas épargné

Dimanche, un amateur de voile est tombé à l'eau au large de la Calabre (sud). Son bateau a dérivé jusqu'à la côte et les recherches ont repris lundi pour retrouver son corps, aperçu la veille en mer.

Toujours dans le sud, une tornade a traversé la province de Brindisi dimanche, ravageant les campagnes et déracinant des oliviers, jeunes ou séculaires.

Filippo De Miccolis, responsable local du syndicat d'agriculteurs Coldiretti, a évoqué "la vision apocalyptique et désolante de gros arbres déracinés et de champs recouverts d'un tapis d'olives".

Situation en Corse

La Corse est passée en vigilance rouge pour le vent, avec "une violente tempête d'une ampleur exceptionnelle" attendue sur l'île par Météo-France, qui a annoncé lundi des rafales de 160 km/h au cap Corse.

Accompagnés d'un épisode pluvio-orageux de forte intensité et de grêle, au passage de la dépression Adrian, avec des cumuls de 130 à 150 mm observés localement sur l'est de l'Ile de Beauté, ces vents ont déjà provoqué des coupures d'électricité pour 7.000 personnes, et 5.000 foyers étaient encore touchés en fin de matinée, principalement en Castagniccia, a annoncé EDF dans un communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK