Insurrection à Washington : qui est Jake Angeli, le manifestant habillé en trappeur avec des cornes sur la tête ?

Une toque en fourrure avec deux cornes sur la tête, un torse nu tatoué, un pantalon en lin à franges et le visage peint aux couleurs de l’Amérique, le drapeau étoilé à la main… Non, il ne s’agit pas d’un festivalier de Dour perdu aux Etats-Unis depuis l’annulation des festivals mais bien d’un manifestant devenu une image forte de l’insurrection à Washington. Son nom Jake Angeli.

On pourrait voir dans ses cornes de bison un emblème patriotique des Etats-Unis. Sauf que ce symbole est davantage celui des Amérindiens, "ce qui serait contradictoire avec la mouvance d’extrême droite d’où sont issus les manifestants", analyse Tanguy Struye, professeur de relations internationales à l’UCLouvain et analyste des Etats-Unis.

2 images
© Tous droits réservés

Quant à ses tatouages, on peut y voir trois triangles entrelacés. Selon une page Wikipédia, ce serait le Valknut, un symbole récupéré par le wotanisme, mouvance raciste, néonazie et antisémite. Mais ce serait aussi tout simplement le symbole du dieu nordique Odin, dieu de la guerre, de la sagesse et de la poésie. En dessous de ce tatouage une autre représentation : celle de l’arbre Monde, lui aussi symbole de la mythologie nordique.


►►► Lire aussi : Insurrection à Washington : ce que signifient les différents drapeaux des manifestants


Alors est-ce juste un fan de mythologie nordique ou bien est-il vraiment issu des groupes d’extrême droite aux Etats-Unis ? Peut-être un peu des deux. Jake Angeli est en fait une figure connue du mouvement QAnon, déjà repéré lors de précédentes manifestations en 2020.

Un pro-trump QAnon

En mai 2020, le "Q Shaman" se présentait devant la caméra d’une journaliste de l’Arizona Central, un média américain. Il se présente comme Jake Angeli, 32 ans, pro-Trump. "Le président des Etats-Unis doit se sentir soutenus par ses supporters, déclare-t-il à l’époque. Il faut qu’il sache qu’il y a de bons américains patriotiques qui voient tout ce qu’il est en train de faire."


►►► Lire aussi : Insurrection à Washington : Proud boys, QAnon, Américains en colère… Qui sont les manifestants qui ont forcé les portes du capitole américain ?


 

Mais Jake Angeli n’est pas un pro-Trump comme les autres. Il fait partie de la mouvance QAnon, comme il le fait savoir en 2019 devant le Capitole… de l’Arizona cette fois. Là encore le média américain est sur place. Il se filme en train de crier contre "les complices" avec un carton "Q m’a envoyé". Comme les autres adeptes QAnon, il croit à une grande machination scientifique, un immense complot destiné à contrôler le monde.

Non, ce n’est pas un "antifa" déguisé

Pour certains supporters de Trump actifs sur les réseaux sociaux comme Twitter, c’est sûr, il a été envoyé pour discréditer leur mouvement. Il serait un "antifa" (antifasciste) déguisé. Certains ont même souligné qu’il apparaissait lors des manifestations de Black Lives Matter en juin dernier.

Fake news. S’il était bien présent au moment de cette manifestation, c’était pour y montrer son opposition. Son panneau affichait en fait son message habituel "Q sent me" comme le montre cette vidéo.

Bref, il s’agit donc d’un pro-trump conspirationniste, ancien acteur qui a surtout eu envie de se faire remarquer avec cet accoutrement comme il le déclarait à l’Arizona central. Mission réussie.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK