Insurrection à Washington: Donald Trump bloqué 12h par Twitter, 24h par Facebook

Twitter justifie le blocage du compte de Donald Trump par des "violations graves et répétées des notre politique d'intégrité civique", a écrit le réseau social.
Twitter justifie le blocage du compte de Donald Trump par des "violations graves et répétées des notre politique d'intégrité civique", a écrit le réseau social. - © BRENDAN SMIALOWSKI - AFP

Le réseau social Twitter a bloqué le compte du président sortant américain Donald Trump et menacé pour la première fois de bloquer son accès de manière permanente.

La plateforme bloque durant 12 heures le compte du président pour avoir violé les règles de la société. "Nous avons requis la suppression de trois messages de Donald Trump pour des violations graves et répétées des notre politique d'intégrité civique", a justifié Twitter ce qui a pour effet de bloquer le compte durant 12 heures. "Si ces messages ne sont pas supprimés, le compte restera bloqué", poursuit la déclaration.


►►► A lire aussi : Insurrection à Washington : "consternation", "scènes honteuses"... les condamnations se multiplient à l'étranger


Facebook a pris une mesure similaire, annonçant bloquer temporairement l'accès à son réseau social à Donald Trump durant 24 heures, indique l'AFP. 

"Nous avons déterminé deux infractions à nos règles sur la page du président Donald Trump qui débouchent sur une suspension de 24 heures, ce qui signifie qu'il perd la capacité de poster sur la plateforme pendant cette période", a expliqué la communication du groupe californien sur Twitter.

Facebook avait déjà supprimé une vidéo où le républicain appelait les manifestants à "rentrer chez eux" mais où il déclarait aussi sans preuves que l'élection avait été "volée".

Ces mesures prises par les deux réseaux sociaux surviennent après plusieurs heures de troubles violents au Capitole à Washington causés par des sympathisants de Donald Trump. Les résultats électoraux en faveur de son rival démocrate Joe Biden devaient être certifiés lors d'une session au Congrès, suspendue depuis lors.

Dans des messages publiés sur Twitter, lesquels ne sont plus accessibles depuis lors, le président sortant faisait référence aux manifestants comme des "grands patriotes".

L'ordre a été rétabli à Washington, mais le décès d'une femme est à déplorer.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK