Inondations en Allemagne : "Futwein" ("vin de crue"), une initiative porteuse d’espoir pour des vignerons sinistrés

"On veut faire renaître le vin": pour la région viticole de l’Ahr, des bouteilles couvertes de boue, sorties des caves inondées, représentent l’espoir d’un nouveau départ après les crues mortelles qui ont frappé l’Allemagne il y a trois semaines.

"Je me suis dit qu’on ne pouvait pas juste tout jeter", se rappelle Linda Kleber, à l’origine de l’initiative solidaire "Flutwein" ("Vin de crue"), née alors qu’elle sortait, une par une, les bouteilles maculées de son restaurant détruit.

Les milliers de flacons sauvés dans les exploitations de la région sont désormais proposés à la vente et livrés – en souvenir de la catastrophe – tels qu’ils ont été trouvés, figés dans les sédiments terreux. Des pièces uniques.

Je me suis dit qu’on ne pouvait pas juste tout jeter

L’argent récolté, plus de 2,2 millions d’euros à ce jour, "donne énormément d’espoir à tous les vignerons mais aussi au secteur de la restauration", confie Peter Kriechel, viticulteur et président de l’association professionnelle locale, tout de suite emballé par l’idée de Linda Kleber.

Dans son propre entrepôt, quelque 200.000 bouteilles ont pris l’eau lors de la nuit du 14 au 15 juillet.

"Je pense qu’on est face à un long marathon" et "des actions comme Flutwein nous aident à démarrer", estime le producteur de 38 ans.


A lire aussi : Inondations en Allemagne : le bilan des intempéries s’alourdit à 180 morts


Vallée de l’Ahr

Dans cette vallée – située entre la frontière belge et Coblence-, réputée pour le pinot noir qui pousse sur les pentes escarpées, l’économie dépend en grande partie du vin et du tourisme qu’il génère.

"Sans le vin, la vallée de l’Ahr n’existe pas, et encore moins sa gastronomie", confirme Jörg Kleber, époux de Linda.

Au total, la catastrophe naturelle, qui a fait 225 morts en Europe, dont 187 en Allemagne, a détruit entre 5% et 10% des vignes de l’Ahr. Mais les dégâts sont bien plus lourds sur les machines, les caves, les exploitations endommagées voire détruites.

Sujet JT du 17 juillet :

Paul Schuhmacher fait partie de ceux qui ont beaucoup perdu.

"Ce n’était pas une crue normale, mais un tsunami", raconte ce producteur de 63 ans.

Juste avant que l’eau ne s’engouffre chez lui, Paul Schuhmacher est descendu s’assurer que les bouchons scellant les tonneaux étaient tous bien en place. "J’ai pris un gros marteau et j’ai couru à la cave", se rappelle-t-il.

Puis, lui et sa femme se sont réfugiés au premier étage, "mais l’eau y est très rapidement montée à plus d’un mètre", raconte, encore ému, le vigneron. Ils ont finalement passé une partie de la nuit sur leur toit.

Ce n’était pas une crue normale, mais un tsunami

Un demi-hectare sur cinq de son domaine est détruit. Le rez-de-chaussée de sa maison, où se trouvait aussi le restaurant, est encore couvert de boue.

Pourtant ce vétéran de la profession compte bien récolter et produire une cuvée cette année car "la viticulture doit survivre, on est le moteur de cette région".

La fabrication sur place, à Ahrweiler, reste très incertaine. Mais les vignerons des régions voisines ont promis de les aider à récolter et à vinifier.

Forces destructrices

Face à la plus grande catastrophe naturelle des dernières décennies en Allemagne, le gouvernement d’Angela Merkel a d’ores et déjà débloqué une première aide d’urgence de plusieurs centaines de millions d’euros pour parer au plus pressé.


A lire aussi : Inondations en Allemagne : quelque 2 milliards d’euros de dégâts sur les infrastructures


Ces aides seront complétées par un programme de reconstruction qui s’élèvera à plusieurs milliards d’euros.

Toutefois, la vallée de l’Ahr "ne sera plus comme avant": "beaucoup partiront et ne reconstruiront pas leurs maisons", prédit Paul Schuhmacher.

Une option que le couple Kleber n’envisage pas un instant, même si leur ancien restaurant, au centre d’Ahrweiler, n’est plus que ruines.

Cuisine, bar, salle à manger, jardin… après le déblayage, plus rien ne reste du "Kleber’s", hormis les murs, sur lesquels une trace brune et boueuse rappelle la hauteur inimaginable atteinte par l’eau.

Beaucoup partiront et ne reconstruiront pas leurs maisons

"C’était en train de reprendre" après les mois d’arrêt forcé en raison de la pandémie de coronavirus, se désole Jörg Kleber, cuisinier de profession. Mais le Covid-19 "n’était rien" comparé aux forces qui se sont déchaînées en moins d’une heure, la nuit du drame.


►►► À lire aussi : Le système d’alerte aux inondations "pas optimal" en Allemagne


Il y aura un nouveau "Kleber’s" ailleurs, promet le chef. "Nos amis et notre vie sont ici" et peut-être qu’avec la catastrophe "on est même devenus encore plus enracinés".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK