Infiltré pendant sept ans chez les militants écologistes

Mark Kennedy est entré à la police en 1994. Début 2005, il est choisi pour une mission secrète. Il sera le premier à infiltrer les milieux protestataires pour la nouvelle agence chargée de surveiller les "extrémistes de l'intérieur" en Grande-Bretagne, la National Public Order Intelligence Unit.

Il se présente dans une réunion de militants de Earth First dans le Yorkshire sous le nom de Mark Stone, alpiniste tatoués et aux cheveux longs.

Peu à peu, il va se rendre utile aux militants verts, mettant à leur disposition son pick up pour les opérations coup de poing, payant les amendes, s'impliquant dans les réunions et les manifestations. Il participe aux "camps", va faire le coup de poing en Espagne ou en Islande, pénètre les réseaux anarchistes italiens et allemands.

En même temps, il informe ses supérieurs. Et tout se passe bien jusqu'au jour où il encourage des militants à commettre un acte illégal, l'occupation d'une centrale à charbon, leur disant que la police n'y était pas, alors qu'il la tuyautait. Tout le monde est arrêté et au procès, il prend un avocat différent de celui de ses compagnons. Il sera relaxé, les autres sont condamnés...

Ils commencent alors à le soupçonner et découvrent sa véritable identité. Mark Kennedy leur a tout avoué et est parti vivre à l'étranger. Il a demandé pardon aux militants qu'il a infiltré pendant sept ans et promet même de les aider...

JFH avec Courrier international et The Guardian

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK