Inde : des violences au Cachemire font 12 morts en plein confinement

Neuf activistes présumés et trois soldats indiens ont été tués durant le week-end, lors de deux incidents distincts au Cachemire indien, ont annoncé dimanche les autorités.

Le Cachemire est actuellement soumis à un confinement en raison de la pandémie liée au nouveau coronavirus. Il fait déjà l’objet d’un couvre-feu, décrété début août 2019 lorsque le gouvernement indien a révoqué le statut d’autonomie de cette région disputée entre l’Inde et le Pakistan, et théâtre d’une insurrection séparatiste dans la partie contrôlée par New Delhi.

Selon un porte-parole de l’armée indienne, le colonel Rajesh Kalia, cinq activistes armés ont été tués tôt dimanche matin dans le secteur de Keran (nord), proche de la Ligne de contrôle (LoC), qui fait office de frontière de fait avec le Pakistan dans le territoire. Trois soldats ont également été tués et plusieurs autres blessés, a-t-il ajouté.


►►► À lire aussi : coronavirus : la vidéo montrant une fabrique insalubre de masques en Inde, fake ou pas ?


Cet affrontement est intervenu 24 heures après une fusillade entre forces gouvernementales et activistes présumés dans le secteur de Kulgam (sud), qui a fait quatre morts. Tous étaient des activistes locaux, selon la police.

L’Inde et le Pakistan se disputent depuis 1947 la région himalayenne du Cachemire. L’Inde accuse le Pakistan d’armer et d’entraîner les rebelles et de leur faire traverser la frontière pour commettre des attaques contre les forces indiennes. Islamabad dément et assure fournir simplement un soutien diplomatique au droit des habitants du Cachemire à l’autodétermination.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK