Inconscience en Hongrie : des centaines de jeunes fêtent la nuit des Spas à Budapest

Malgré le risque d’infection, une foule immense s’est rassemblée ce week-end dans le plus grand Spa de Budapest pour la nuit des Spas.

La pandémie et le mauvais temps n’ont pas arrêté les jeunes. Des dizaines de centres thermales et de piscines ont ouvert leurs portes aux fêtards pour quelques heures de folie.

Dans le plus grand Spa intérieur de Budapest, il y avait tellement de visiteurs que la direction n’a pu laisser entrer tout le monde. Elle affirme que des mesures sanitaires ont été prises.

Tímea Besze, directrice du parc aquatique, Aquaworld explique :"Les rampes sont désinfectées toutes les demi-heures par nos gars de la piscine, et nous attirons l’attention de tous pour porter des pantoufles et se laver les pieds."

Pour les experts, l’eau n’est pas dangereuse car elle contient du chlore, mais la foule est un gros problème. Lorsqu’il a vu les images à l’intérieur du Spa, Lajos Ócsai, épidémiologiste n’en croyaient pas ses yeux. "Ils ne pouvaient pas maintenir les 1,5 mètre nécessaires les uns des autres, ils ne pouvaient pas adhérer aux règles de la distanciation sociale, ils ne portaient pas de masque. Donc, si quelqu’un est malade, le risque d’infection dans l’air ou par aérosol est là. "

Les cas de Covid 19 sont relativement faibles en Hongrie. Le pays est peu touché, même si le faible nombre de tests effectués ne permet pas d’en être certain. Au 30 juin 2020, on comptait 4 145 malades pour 585 morts. 

Pas de deuxième vague à l’horizon même si le nombre d’infections augmente légèrement. Beaucoup ont donc voulu profiter de la nuit des Spas pour faire la fête sans restriction.

"Je pense qu’il y aura une deuxième vague en septembre ou octobre, et je pense que des endroits comme celui-ci seront à nouveau fermés", explique une jeune fille de 19 ans.

4 images
© EVN

Le goût des « sparties »

Budapest est une ville connue pour la fête, mais aussi pour ses bains chauds, cure thermale et balnéothérapieIl n’a donc pas fallu longtemps pour que germe dans les esprits le concept de nuit des Spas… Des DJs jouent de l’électro, hip-hop, funk, le tout illuminé par mille couleurs, des projections et des lasers pendant que vous faites trempette dans une eau à 33 °C, cocktail à la main évidemment. Voilà ce qu’on appelle les Spa Parties ou Sparties ces fêtes où danse et alcool riment avec bains chauds.

Ces fêtes sont devenues le programme favori des jeunes touristes de passage dans la capitale hongroise. Les lieux divergent selon la saison, des premières chaleurs de l’été jusqu’aux frissons de septembre.

4 images
© EVN

Une culture et une tradition du Spa

La Hongrie n’a pas d’accès à l’océan, mais elle possède une richesse hydrologique propre. Le petit pays enclavé possède de nombreuses sources d’eau thermale : on en dénombre plus de 1300 dans le pays, dont 123 rien qu’à Budapest.

Le bien-être et la culture du spa font donc partie du mode de vie des Hongrois depuis des centaines d’années. Si plonger dans ces eaux minérales chaudes peut paraître décadent, les spas ne sont pas perçus comme des petits plaisirs : en Hongrie, ils font partie intégrante d’une vie saine.

4 images
© EVN

Du temps des Romains

C’est à l’époque romaine que la culture du Spa a fait son apparition en Hongrie. Toutefois, les plus beaux bains publics de Budapest ont été construits lors des 150 années de domination de l’Empire ottoman sur le pays. Souvent ils se présentent sous la même forme : des piscines octogonales centrales placées sous des dômes à travers lesquels passent les rayons de la lumière qui percent l’eau. Des piscines plus petites entourent la piscine principale, tandis que les saunas et les hammams se trouvent plus loin. Tous les bains publics turcs de Budapest, à savoir Rudas Fürdő, Király Fürdő et Veli Bej Fürdője, sont situés à proximité des sources d’eau thermale, non loin de la rive du Danube, dans le quartier de Buda.

4 images
© EVN
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK