Incendies, inondations : le nombre de catastrophes météorologiques a été multiplié par cinq en 50 ans, selon l’ONU

Le nombre de catastrophes d’origine météorologique, climatique ou hydrologique a bondi au cours des 50 dernières années et elles ont causé plus de dégâts mais moins de décès grâce à de meilleurs systèmes d’alerte, selon l’Atlas de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) qui répertorie le nombre de morts et les pertes économiques dues aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes de 1970 à 2019 : ces catastrophes ont été multipliées par cinq durant cette période.

"Le nombre de phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes continue de progresser. Du fait du changement climatique, ils deviendront plus fréquents et plus violents dans de nombreuses parties du monde", affirme le secrétaire général de l’agence onusienne, Petteri Taalas.

Au total, plus de 11.000 catastrophes attribuées à ces phénomènes ont été signalées au cours de ces cinq dernières décennies dans le monde, faisant un peu plus de deux millions de morts et des dégâts matériels s’élevant à 3640 milliards de dollars.

En moyenne, une catastrophe d’origine météorologique, climatique ou hydrologique a été enregistrée chaque jour au cours des 50 dernières années, entraînant quotidiennement le décès de 115 personnes et des dégâts se chiffrant à 202 millions de dollars. Plus de 91% de ces décès sont survenus dans des pays en développement.


►►► À lire aussi : Rapport du GIEC 2021 : des prévisions plus pessimistes


Les sécheresses ont été responsables des plus grandes pertes de vies humaines au cours de ces 50 dernières années, faisant quelque 650.000 morts, suivies par les tempêtes (plus de 577.000 morts) et les inondations (58.700 morts) et les températures extrêmes (près de 56.000 morts).

Néanmoins, l’amélioration des systèmes d’alerte précoce et de la gestion des catastrophes s’est traduit par une réduction considérable de la mortalité. Le nombre de morts a été ramené de plus 50.000 par an dans les années 1970 à moins de 20.000 dans les années 2010.

Mais beaucoup reste encore à faire : la moitié seulement des 193 membres de l’OMM disposent de systèmes d’alerte précoce multidangers. L’OMM appelle également à améliorer les réseaux d’observation météorologique et hydrologique en Afrique, dans certaines zones d’Amérique latine et dans les Etats insulaires du Pacifique et des Caraïbes.

Rapport alarmiste du GIEC: JT 09/08/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK