Incendies en Californie: "Ça finira par se refroidir", assène Donald Trump

Incendies en Californie: "Ca finira par se refroidir", assène Donald Trump
Incendies en Californie: "Ca finira par se refroidir", assène Donald Trump - © BRENDAN SMIALOWSKI - AFP

Donald Trump a balayé lundi les inquiétudes sur le climat en soulignant qu'il finirait "par se refroidir" lors d'une réunion d'information en Californie sur les incendies qui ravagent la côte ouest depuis plus d'une semaine.

"Ça finira par se refroidir", a assuré le président américain lors d'un échange avec Wade Crowfoot, un responsable local de l'agence de protection des ressources naturelles de Californie, à Sacramento. "Je ne pense pas que la science sache réellement", a ajouté le candidat républicain, qui tient régulièrement des propos climato-sceptiques.

"Cela ne va pas se refroidir en vérité Monsieur le président #lechangementclimatiqueestréel", a réagi sur Twitter M. Crowfoot, assortissant son message d'un graphique sur l'augmentation des températures en Californie. "Les preuves observées parlent d'elles-mêmes: le changement climatique est réel et il aggrave" les incendies, a aussi insisté Gavin Newsom, gouverneur de Californie.

Si on donne à un pyromane du climat quatre années de plus à la Maison Blanche, comment pourrait-on s'étonner que l'Amérique s'embrase encore davantage?

Avant même ces déclarations de Donald Trump, le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden l'a accusé d'être un "pyromane du climat". "Si on donne à un pyromane du climat quatre années de plus à la Maison Blanche, comment pourrait-on s'étonner que l'Amérique s'embrase encore davantage?" a déclaré l'ancien vice-président, qui défiera le milliardaire républicain à la présidentielle du 3 novembre, depuis l'Etat du Delaware où il habite.

Joe Biden, 77 ans, a fait un bref discours en plein air sans accepter de questions, alors même que Donald Trump, 74 ans, atterrissait en Californie.

"Si nous donnons à un climatosceptique quatre ans de plus à la Maison Blanche, comment pourrait-on s'étonner que plus de régions d'Amérique soient sous l'eau? Nous avons besoin d'un président qui respecte la science", a ajouté Joe Biden.

"Nous avons le choix, nous pouvons nous engager à avancer ensemble car nous savons que le changement climatique est un défi existentiel qui va déterminer l'avenir de notre pays", ou "nous pouvons choisir la voie de Donald Trump: ignorer les faits, nier la réalité, ce qui revient à se rendre complètement", a-t-il déclaré.

Les dizaines de brasiers qui dévastent la côte depuis des jours ont déjà fait au moins 35 morts depuis le début de l'été, dont 27 rien que cette semaine dans les trois Etats de Washington, Oregon et de Californie.

Les incendies qui se multiplient à travers le globe sont associés à divers phénomènes anticipés par les scientifiques en raison du réchauffement de la planète.

Défis historiques pour les Etats-Unis

Faisant référence aux cieux orangés de San Francisco qui ont surpris le monde la semaine dernière, Joe Biden a affirmé que le pays devait "agir".

"On ne devrait pas en arriver au point où des millions d'Américains vivent dans l'ombre d'un ciel orange et n'ont plus qu'à se demander si la fin du monde est arrivée", a lancé le septuagénaire.

Plus largement, Joe Biden a fait référence aux défis historiques que traversent les Etats-Unis, avec la pandémie de Covid-19 qui a fait près de 195.000 morts dans le pays, la crise économique, la vague historique de colère contre le racisme et les brutalités policières, en plus du changement climatique.

"Nous faisons face à l'un des moments les plus difficiles de l'histoire selon moi, avec quatre crises historiques en même temps", a-t-il souligné.

Petite note légère dans un discours sombre: un insecte est venu brièvement interrompre son discours, quand il a tenté de l'écarter de son oreille.

"Pardon, il y avait une bête... Puisqu'on parle de l'environnement", a lâché dans un petit sourire l'ancien bras droit de Barack Obama, suscitant quelques rires dans l'assemblée clairsemée.

Le sujet du Journal télévisé du 10/09/20

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK