Incendie à Paris: le bilan de dix morts est encore provisoire

Selon un bilan provisoire, dix personnes sont mortes et une trentaine ont été blessées dans un incendie d'une "incroyable violence", selon les pompiers, qui a ravagé un immeuble d'habitation du 16e arrondissement de Paris dans la nuit de lundi à mardi. Le sinistre serait d'origine criminelle, selon les premiers éléments d'enquête.

Une femme a été interpellée dans le cadre de l'enquête et présentait des "antécédents psychiatriques", a annoncé le procureur de Paris. "Une personne qui habite l'immeuble a été interpellée. Il s'agit d'une femme de 40 ans qui présentait des antécédents psychiatriques", a indiqué Rémy Heitz, procureur de la République de Paris lors d'un point presse près de l'endroit où l'incendie a eu lieu.

"Cette femme a été interpellée dans la rue immédiatement après l'incendie. Elle se trouve en garde à vue", a-t-il précisé, ajoutant qu'une enquête avait été ouverte pour "incendie volontaire ayant entraîné la mort et des blessures" et confiée à la police judiciaire de Paris. "L'enquête se poursuit pour connaître les conditions dans lesquelles le feu se serait propagé", a-t-il encore déclaré.

Le président français Emmanuel Macron a réagi sur son compte Twitter.

Cinq heures d'intervention

Il a fallu plus de cinq heures d'intervention aux pompiers pour maîtriser le feu, qualifié dès le début de l'intervention de violent. L'incendie a également fait 30 blessés dont six pompiers.

Toutefois le "bilan pourrait encore s'alourdir car les opérations de reconnaissance n'ont pas encore eu lieu dans les derniers étages de l'immeuble, là où le feu était le plus violent", selon le capitaine Clément Cognon, porte-parole des pompiers sur place.

"Paris est en deuil ce matin", "le bilan est terrible", a réagi dans un tweet la maire de Paris Anne Hidalgo, qui se rendra sur les lieux "en tout début de matinée".

"Scène d'une incroyable violence"

Le feu a démarré vers 1h00 du matin selon les pompiers qui évoquent une "scène d'une incroyable violence". Plus d'une cinquantaine de personnes ont dû être évacuées en urgence, à l'aide de grandes échelles notamment. Certains habitants de cet immeuble des années 70, comptant huit étages et situé dans le 16e arrondissement (sud-ouest de la capitale française), se sont réfugiés sur le toit pour échapper aux flammes, alors que de nombreux résidents ont appelé au secours depuis leurs fenêtres.

Deux immeubles adjacents ont également été évacués par mesure de précaution et des responsables de la mairie du 16e arrondissement étaient sur place dans la nuit pour trouver des solutions de relogement. Plusieurs rues de ce quartier chic de Paris situé à la lisière du bois de Boulogne, étaient bloquées par des dizaines de voiture de police et de camions de pompiers.

Bilan provisoire

Au total, quelque 200 pompiers sur place ont participé aux opérations.

Le bilan restait provisoire, d'après les pompiers qui ont découvert en fin de matinée un dixième corps "carbonisé" dans les décombres.

"Les reconnaissances sont toujours en cours en début d'après-midi, dans tous les étages, pour éviter les reprises de feu. Nous ne sommes pas à l'abri de faire de nouvelles découvertes macabres malheureusement", a déclaré à l'AFP le capitaine Valérian Fuet, porte-parole des pompiers.

Cet incendie est le plus meurtrier à Paris depuis le 26 août 2005 quand un feu d'origine criminelle avait fait 17 morts dont 14 enfants dans un immeuble vétuste du XIIIe arrondissement. L'enquête n'avait pas permis d'identifier un auteur.

L'incendie dans un hôtel d'hébergement d'urgence, le Paris-Opéra habité par des familles d'origine africaine reste le plus meurtrier depuis la Libération avec 24 morts, dont 11 enfants, en 15 avril 2005.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK