Incendie à Londres: de nombreux disparus, un réfugié syrien parmi les victimes

De nombreuses personnes restaient portées disparues vendredi, deux nuits après l'incendie qui a dévasté une tour de logements sociaux à Londres et dont l'origine demeure pour le moment inconnue. Le dernier bilan provisoire, jeudi, faisait état de 17 morts.

Le nom d'une première victime a été rendu public: celui d'un réfugié syrien, Mohammed Alhajali, âgé de 23 ans. Stuart Cundy, commandant à la Metropolitan Police, a précisé que six corps avaient été retrouvés en dehors de la tour et avaient pu être identifiés, les 11 autres personnes déclarées décédées se trouvant encore à l'intérieur.

"Il y a un risque que nous ne parvenions pas à identifier toutes les victimes", a-t-il prévenu. "Le processus va être très long", "des semaines" voire "des mois".

Une équipe spécialisée va désormais tenter de "sécuriser le bâtiment", afin de permettre aux secouristes de progresser dans les étages, à la recherche des disparus.

"Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre des années"

Des familles entières n'ont toujours pas donné signe de vie, des médias évoquant des dizaines de personnes portées disparues, mais ls autorités n'ont confirmé aucun chiffre.

Une association de soutien à la Syrie a annoncé jeudi que l'une des victimes était Mohammed Alhajali, un réfugié syrien de 23 ans qui vivait au 14e étage et étudiait l'ingénierie civile à la West London University.

Son frère aîné, qui était avec lui, a survécu et est actuellement hospitalisé. La Première ministre Theresa May a ordonné l'ouverture d'une "enquête publique sur ce désastre", survenu dans la nuit de mardi à mercredi.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a appelé à ce que l'enquête aille vite, avec de premières conclusions "à l'été". "Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre des années", a-t-il fait valoir sur les lieux, au milieu d'une foule très tendue et qui réclamait des comptes.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir