Inauguration de l'ambassade US à Jérusalem: "Nous accordons à Israël le droit de désigner sa capitale"

"Aujourd'hui, nous accordons à Israël le droit de désigner sa capitale", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis David Friedman.
3 images
"Aujourd'hui, nous accordons à Israël le droit de désigner sa capitale", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis David Friedman. - © RTBF

La cérémonie d'inauguration de l'ambassade des Etats-Unis en Israël s'est tenue ce lundi après-midi à Jérusalem en présence de centaines de responsables américains et israéliens.

Une plaque et un sceau américain ont été dévoilés pour signifier officiellement l'ouverture de la mission, dans les locaux de ce qui était jusqu'alors le consulat américain.

Dans un message vidéo, le président Donald Trump a assuré que les Etats-Unis restaient "pleinement" engagés dans la recherche d'un accord de paix durable entre Israéliens et Palestiniens : "Notre plus grand espoir est celui de la paix. Les Etats-Unis restent pleinement engagés à faciliter un accord de paix durable", a-t-il dit.

"Aujourd'hui, nous tenons la promesse faite au peuple américain et nous accordons à Israël le même droit que nous accordons à tout autre pays, le droit de désigner sa capitale", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis David Friedman à l'ouverture de la cérémonie.

"Un moment d'Histoire" pour Benjamin Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est, lui, répandu en marques de gratitude envers le président Donald Trump, qui selon lui a "écrit l'Histoire" en transférant l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

"Ceci est un moment d'Histoire. Président Trump, en reconnaissant ce qui appartient à l'Histoire, vous avez écrit l'Histoire", a dit M. Netanyahu.

Benjamin Netanyahu remercie Donald Trump et se fait ovationner

Hymne national et ovation pour l'ambassadeur américain:

Envers et contre tous

Cette inauguration concrétise l'une des promesses de politique étrangère les plus controversées du président Donald Trump, passant outre à la réprobation internationale et à l'indignation palestinienne.

Elle coïncide avec la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis 2014. Au moins 37 manifestants palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de protestations dans la bande de Gaza.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK