Inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem: plusieurs pays européens y participaient

Inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem: quels pays y participent?
Inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem: quels pays y participent? - © THOMAS COEX - AFP

Les Etats-Unis inaugurent lundi après-midi  à Jérusalem leur ambassade en Israël, réalisant la promesse controversée du président Donald Trump au risque d'enflammer les territoires palestiniens.

Le président américain pourtant ne se rendra pas à cette inauguration. Il sera représenté par John Sullivan, numéro deux de la diplomatie américaine, mais aussi par sa fille et conseillère Ivanka Trump, ainsi que par Jared Kushner, le gendre. Des centaines de dignitaires des deux pays sont également attendus à la cérémonie. 

D'autres pays ont répondu positivement à l'invitation : l'Albanie, l'Angola, l'Autriche, le Cameroun, le Congo, la République du Congo, la Côte d'Ivoire, la République Dominicaine, le Salvador, l'Éthiopie, la Géorgie, le Guatemala, le Honduras, la Hongrie, le Kenya, la Macédoine, la Birmanie, le Nigéria, le Panama, le Pérou, les Philippines, la Roumanie, le Rwanda, la Serbie, le Soudan du Sud, la République du Soudan, la Thaïlande, l'Ukraine, le Vietnam, le Paraguay, la Tanzanie et la Zambie.

L'ambassade américaine à Jérusalem, ni la première ni la dernière

Dans le passé, plusieurs pays, notamment d'Afrique et d'Amérique du Sud, ont eu leur ambassade à Jérusalem.

Après la guerre d'octobre 1973 entre Israël et une coalition de pays arabes emmenée par l'Egypte et la Syrie, la Côte d'Ivoire, le Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) et le Kenya ont coupé les ponts diplomatiques avec Israël et fermé les portes de leur ambassade à Jérusalem.

Quand les relations ont été rétablies, les délégations diplomatiques se sont installées à Tel-Aviv.

En 1980, Israël a voté une loi déclarant Jérusalem sa capitale "unie et indivisible", incluant les quartiers palestiniens de la partie orientale conquise par L'Etat hébreu en 1967 et dont les Palestiniens veulent faire la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Les Nations unies ont déclaré cette décision illégale et appelé les Etats qui avaient des missions diplomatiques à Jérusalem à se retirer.

La Bolivie, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, la République dominicaine, l'Equateur, le Guatemala, Haïti, Panama, le Salvador, l'Uruguay, le Venezuela et les Pays-Bas ont obtempéré. Le Costa Rica et le Salvador sont revenus en 1984 à Jérusalem, avant d'en repartir en 2006.

D'autres déménagements en vue ? 

Suite à la décision du président Trump, certains pays ont dit vouloir emboîter le pas et Israël tente d'en convaincre d'autres de suivre l'exemple.

Le président guatémaltèque Jimmy Morales a annoncé que son pays inaugurera mercredi son ambassade à Jérusalem tandis que le ministère des Affaires étrangères israélien a affirmé que le Paraguay ferait de même avant la fin mai.

Le gouvernement roumain social-démocrate, sous le feu de critiques américaines pour des réformes de la justice controversées, a adopté par surprise un mémorandum ouvrant la discussion sur un transfert de l'ambassade roumaine à Jérusalem.

Mais le président roumain de centre droit Klaus Iohannis s'oppose à un tel transfert, le jugeant contraire au droit international. Il a appelé la Première ministre Viorica Dancila à démissionner.

Le président tchèque Milos Zeman s'est exprimé en faveur du déplacement de l'ambassade de son pays à Jérusalem mais pour l'instant son gouvernement a juste annoncé la réouverture d'un consulat honoraire et l'installation d'un centre culturel tchèque dans la ville.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a assuré au président palestinien Mahmoud Abbas, lors d'une récente visite officielle, que son pays garderait son ambassade à Tel-Aviv, selon les médias palestiniens.

Rappelons que des 193 pays composant l'Assemblée générale de l'ONU, 128 ont condamné la décision américaine, dont des alliés des Etats-Unis comme la France et le Royaume-Uni. 

Sujet dans notre JT 13h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK