Importante chute de popularité pour le parti conservateur en Pologne: que s'est-il passé?

Jaroslaw Kaczynski
Jaroslaw Kaczynski - © WOJTEK RADWANSKI - AFP

Pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir fin 2015, le parti conservateur PiS au pouvoir en Pologne a connu une importante chute dans les sondages. Une coalition libérale serait même en passe de le battre lors des prochaines élections législatives, prévues en 2019. Que s'est-il donc passé? Damien Simonart, correspondant à Varsovie pour la RTBF, fait le point. 

Pourquoi cette soudaine chute de popularité?

Damien Simonart: "Avant d'être remplacée par l'actuel premier ministre Mateusz Morawiecki, l'ancienne chef du gouvernement polonais Beata Szydlo a accordé à tous ses ministres - ainsi qu'à elle-même - des primes allant de 15.000 à 19.000 euros par tête."

"Ce montant a été jugé choquant en Pologne, où le salaire moyen s'élève à environ 1.000 euros par mois. Beata Szydlo s'est défendue à l'Assemblée nationale en déclarant que ces primes étaient tout à fait légitimes vu le travail fourni par ses ministres. Mais la société polonaise n'est visiblement pas d'accord." 

"Alors que PiS caracolait en tête des sondages avec plus de 40% d'intentions de vote, il est tombé à 29 % en quelques semaines. Si les deux principaux partis libéraux d'opposition s'entendent, ils remporteraient les prochaines élections législatives prévues à l'automne 2019."

Vox populi, vox dei

Le leader du PiS a donc décidé d'agir?

"Même si l'échéance est encore lointaine, Jaroslaw Kaczynski a en effet pris le taureau par les cornes. Il a ordonné à tous les ministres concernés de reverser leurs primes à l'association chrétienne Caritas. Et pour que l'opposition ne triomphe pas, il propose également de couper les salaires de tous les députés, sénateurs et bourgmestres de 20%. Dans son parti, si quelqu'un vote contre, il sera exclu! Dans les rangs du PiS, la colère gronde mais Jaroslaw Kaczynski applique un principe simple : vox populi, vox dei."

Archives: Pologne, nouveau premier ministre Mateusz Morawiecki 11/12/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK