«Impeachment»: un parlementaire républicain appelle à destituer Trump

L'élu du Congrès américain Justin Amash a estimé samedi que le président Donald Trump a eu un comportement pouvant conduire à son "impeachment".
L'élu du Congrès américain Justin Amash a estimé samedi que le président Donald Trump a eu un comportement pouvant conduire à son "impeachment". - © MARK WILSON - AFP

L'élu du Congrès américain Justin Amash a estimé samedi que le président Donald Trump a eu un comportement pouvant conduire à son "impeachment". Il devient ainsi le premier parlementaire républicain à appeler à la destitution du locataire de la Maison Blanche.

Cet élu du Michigan a également accusé le ministre de la Justice Bill Barr d'avoir "délibérément" induit le public en erreur au sujet de la teneur de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Dans une série de tweets, l'élu conservateur a déclaré que "peu d'élus du congrès ont lu le rapport Mueller" qui fait état "de nombreux exemples de comportements" pouvant correspondre à la qualification "d'obstruction à la justice".

Une personne qui ne serait pas présidente des États-Unis serait inculpée

"Il ne fait aucun doute qu'une personne qui ne serait pas présidente des États-Unis serait inculpée sur la base de telles preuves", a-t-il soutenu. "Contrairement à la description qu'en fait M. Barr, le rapport Mueller révèle que le Président Trump a pris des mesures et a eu un comportement proches de 'l'impeachment'", a poursuivi Justin Amash, élu issu du Tea Party.

Ces propos vont encore plus loin que ceux de la plupart des élus démocrates au Congrès. Une élue démocrate du Michigan, Rashida Tlaib, a aussitôt exhorté M. Amash à cosigner sa résolution de destitution.

Une dizaine de pressions exercées par le président

Dans son rapport de près de 450 pages, Robert Mueller a exonéré Donald Trump des soupçons de collusion avec Moscou mais a décrit une dizaine de pressions exercées par le président républicain sur l'enquête. S'estimant totalement blanchi, M. Trump n'a de cesse de dénoncer une coûteuse "chasse aux sorcières".

 

Déclaration de Justin Amash, élu républicain, devant le Capitole, à Washington, ce 21 mai:

Traduction de la conversation entre Justin Amash et une journaliste:

- « Que pensez-vous des autres libéraux qui pensent que vous devriez vous présenter à la présidence maintenant que vous vous êtes exprimé contre Donald Trump? »

- « Je ne pense pas à cela pour l'instant. Je défends la Constitution. C'est mon travail. »

- « Avez-vous l'impression d'avoir été un peu laissés de côté par vos collègues qui ne suivent pas votre appel à la destitution? »

- « non, je ne me sens pas exclu »

- « Pensez-vous que d'autres personnes devraient se joindre à vous, d'autres que vos collègues? Quelles ont été vos discussions ... »

- « Je pense qu'ils devraient. Mais je veux d'abord m'assurer que tout le monde a lu le rapport attentivement et je ne suis pas sûr que tout le monde l'a fait. En fait que je suis sur que la plupart d'entre eux ne l'ont pas lu. J'aimerais bien qu'ils s'y attellent d'abord. »

- « Qu'est-ce qui vous a poussé à parler? Je veux dire, cela fait au moins quelques semaines que le rapport Mueller a été publié. Qu'est-ce qui vous a décidé à parler maintenant? »

« Eh bien, j'ai pris mon temps pour examiner attentivement et analyser soigneusement le rapport? J'ai pensé que c'était le bon moment pour m'exprimé. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK