Il meurt, dans l'indifférence, sous les balles de la mafia

Le 26 mai dernier, la bande des Sarno-Ricci tend un piège au clan des Mariano. Le drame se joue aux alentours de la gare Montesanto. Sur des motos, les assaillants tirent dans la foule. Mouvement de panique. On voit des gens se réfugier dans le métro, mais les barrières sont à contre-sens. On peut imaginer les coups de feu, mais on ne peut les entendre.

Dans la vidéo ci-dessus, un homme apparaît après 50 secondes. Il titube, demande de l'aide. Sa compagne tente de l'aider, en vain. Autour de lui, des femmes, des hommes, des enfants. Tous tendent de fuir. Touché à la jambe et au thorax, Petru Birladeanu s'effondre. Dans la rue, le calme revient, les passants fuient. Petru et sa compagne appellent à l'aide. Personne ne réagit.

Trente minutes plus tard, le Roumain de 33 ans mourait.

Cette vidéo, qui circule sur le net, a choqué l'Italie et au-delà, le Roumain ayant été laissé mourant alors qu'un hôpital se trouvait dans les environs.

Dans Il corriere del mezzogiorno, la maire de Naples, Rosa Russo Jervolino, déplore le meutre et l'indifférence apparente des passants, estimant que "Naples, ce n'est pas ça". "La peur est le premier instinct de l'être humain. La fuite est une réaction instinctive", déclare-t-elle dans le quotidien. Et d'ajouter que, après les faits, les habitants ont apporté du soutien et une aide financière à la veuve pour le rapatriement de la dépouille.

La région de Campagnie, elle, discuterait, toujours selon le quotidien, d'un dédomagement pour la jeune veuve, aux termes de la loi pour le soutien des familles des victimes de la mafia et de la Camorra.

 

La vidéo:

(H.M. et J.C.)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK