Hongrie: le Premier ministre Orban accuse de "tricherie" l'université Soros de Budapest

Hongrie: le Premier ministre Orban accuse de "tricherie" l'université Soros de Budapest
Hongrie: le Premier ministre Orban accuse de "tricherie" l'université Soros de Budapest - © ATTILA KISBENEDEK - AFP

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a accusé vendredi de "tricherie" l'Université d'Europe centrale (CEU) financée par le milliardaire américain George Soros, avec laquelle Budapest a engagé un bras de fer.

"Tricher c'est tricher (...) peu importe que vous soyez un milliardaire, vous n'êtes pas au-dessus des lois", a critiqué le dirigeant souverainiste sur la radio publique.

Le gouvernement hongrois a rendu public cette semaine un projet de loi visant à corriger "des irrégularités" relevées dans le fonctionnement d'établissements étrangers travaillant en Hongrie, selon le secrétaire d'Etat à l'Education, Laszlo Palkovics.

Ce projet a été dénoncé comme "discriminatoire" par la CEU, une institution créée en 1991 à Budapest par George Soros. Né en Hongrie, le milliardaire est devenu une des bêtes noires du Premier ministre Orban mais aussi de plusieurs dirigeants d'Europe centrale et des Balkans qui lui reprochent de s'ingérer dans les affaires de ces pays via les organisations qu'il finance.

Selon Budapest, certains instituts étrangers en Hongrie travaillent "sans partenaire hongrois" et délivrent des diplômes "non reconnus" en Hongrie. Budapest souhaite en outre bannir les établissements n'offrant pas de cursus similaire dans leur pays d'origine. "Plusieurs universités étrangères contreviennent aux règles, notamment l'université Soros", a insisté vendredi Viktor Orban.

L'avenir de la CEU est désormais fonction "de discussions entre les gouvernements hongrois et américains", car un accord bilatéral est nécessaire pour le fonctionnement de ce type d'établissement a-t-il ajouté.

Un projet "inacceptable"

Dans un entretien avec l'AFP jeudi, le président et recteur de la CEU, Michael Ignatieff, avait qualifié le projet de nouvelles règles "d'inacceptable et dirigé contre la CEU". "Nous serons ouverts l'année prochaine, nous accepterons les étudiants et dispenserons notre enseignement. Si je dois enseigner dans une tente, dans un parc à Budapest, je le ferai", a déclaré Michael Ignatieff.

La CEU, qui offre un enseignement allant jusqu'au doctorat, revendique un effectif de 1800 inscrits venant de 100 pays et souligne travailler notamment dans le cadre des règles de l'OCDE.

Viktor Orban, un dirigeant formé dans les années 1980 grâce à une bourse allouée par George Soros a multiplié ces dernières années les attaques contre le milliardaire, qu'il accuse notamment d'ingérence dans les affaires nationales via les ONG qu'il finance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK