Hongrie: le gendre du Premier ministre Vikor Orban soupçonné de fraude aux fonds européens

Hongrie: le gendre du Premier ministre Vikor Orban soupçonné de fraude aux fonds européens
Hongrie: le gendre du Premier ministre Vikor Orban soupçonné de fraude aux fonds européens - © Tous droits réservés

Une enquête de l'Office de lutte antifraude de l'Union européenne (Olaf) a révélé "de graves irrégularités" ainsi que des faits de "conflit d'intérêts" dans un vaste contrat d'équipement en éclairage public de municipalités hongroises co-financé par des fonds européens, a indiqué vendredi le gendarme anti-fraude de l'UE.

L'office européen ne cite pas le nom des mis en cause dans ce dossier mais selon le quotidien économique Wall Street Journal, l'entreprise hongroise qui a remporté la plupart de ces marchés entre 2011 et 2015, Elios innovative, était à cette époque codétenue par le gendre du Premier ministre Vikor Orban, Istvan Tiborcz.

L'Olaf précise que les marchés litigieux portent sur "35 projets (...) de rénovation d'éclairage public au sein de municipalités hongroises", sous l'égide du ministère de l'Environnement et de l'Energie.

Système clientéliste

Les marchés d'éclairage public remportés par la société Elios avaient fait l'objet en 2015 d'une plainte déposée par un parti d'opposition hongrois qui dénonçait un conflit d'intérêts dans la passation de ces contrats. Selon cette plainte, l'homme d'affaires associé à M. Tiborcz au sein d'Elios était également propriétaire d'une autre entreprise chargée de préparer les appels d'offre pour ces marchés. Selon la presse hongroise, la justice a classé la plainte en 2016.

Les détracteurs du Premier ministre Viktor Orban l'accusent régulièrement d'avoir bâti un système clientéliste favorisant un cercle de proches et d'obligés, dont son gendre, également propriétaire, selon la presse, d'un vaste parc immobilier. Il a vendu ses parts dans Elios en 2015.

Un porte-parole du gouvernement hongrois a déclaré vendredi que Budapest était favorable à une nouvelle enquête judiciaire dans ce dossier, affirmant que les appels d'offre avaient été lancés sous le précédent gouvernement de gauche.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK