Hongrie: des Roms fuient un village à cause d'une milice d'extrême droite

Un défilé de la milice d'extrême droite "Futur resplendissant" à Hajduhadhaz, à 250 km à l'est de Budapest, le 17 avril 2011
Un défilé de la milice d'extrême droite "Futur resplendissant" à Hajduhadhaz, à 250 km à l'est de Budapest, le 17 avril 2011 - © AFP / PETER KOHALMI

277 femmes et enfants roms ont fui vendredi le village de Gyöngyöspata (nord-est de la Hongrie) avant le retour d'une milice d'extrême droite qui doit participer à un "camp d'entraînement", a indiqué le chef de cette communauté de Roms.

Après l'interdiction de ses patrouilles, organisées le mois dernier, la milice Vedero tient pendant le week-end de Pâques "un camp d'entraînement" de trois jours dans cette localité de 2800 habitants, dont 450 Roms, située à 81 km de Budapest.

Tandis que les hommes de la communauté vont rester dans le village, les femmes et enfants sont montés à bord d'autocars mis à leur disposition par la Croix-Rouge.

"Des gens nous ont demandé d'emmener les femmes et les enfants dans un camp de vacances in Csilleberc" près de Budapest, a déclaré le directeur de la Croix-Rouge hongroise Erik Selymes. Il n'a pas précisé pendant combien de temps les évacués resteraient sur place.

La milice Vedero, proche du parti d'extrême droite Jobbik et dont les membres revêtent des uniformes para-militaires, a effectué des patrouilles dans les rues de Gyöngyöspata le mois dernier "pour restaurer l'ordre", selon ses responsables.

La police locale a refusé d'intervenir, malgré les protestations de la communauté de Roms.

Le ministre de l'Intérieur, Sandor Pinter, avait assuré la semaine dernière que ces patrouilles interdites allaient cesser.

Selon la Croix-Rouge, 400 policiers étaient présents dans le village vendredi pour s'assurer que les membres de la milice ne pénètrent pas dans le quartier Roms.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK