Hong Kong: un opposant en exil poursuivi pour atteinte à la sécurité nationale

L'ancien député hongkongais Ted Hui, figure du combat pro-démocratie qui s'est réfugié à l'étranger, fait l'objet de poursuites pour atteinte à la sécurité nationale, a annoncé dimanche la police de Hong Kong, confirmant que ses comptes bancaires avaient été gelés.

Ted Hui, vétéran de l'opposition hongkongaise qui fait face à des poursuites pour sa participation aux manifestations pro-démocratie, a quitté Hong Kong la semaine dernière. Il a indiqué qu'il avait décidé de partir en exil au Danemark à l'occasion d'une conférence dans ce pays.

M. Hui, qui s'est rendu vendredi en Grande-Bretagne, a assuré que ses comptes bancaires et ceux de plusieurs membres de sa famille avaient été gelés, et accusé les autorités "d'utiliser l'oppression économique comme moyen de rétorsion politique".

Dimanche soir, la police de Hong Kong a confirmé que M. Hui faisait l'objet d'une enquête "pour collusion avec des forces étrangères", l'un des chefs d'accusation prévus par la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée fin juin par Pékin dans sa région semi-autonome.

M. Hui est également soupçonné de fraude dans le cadre d'une campagne de levée de fonds, accusé d'avoir versé l'argent récolté sur des comptes détenus par ses proches, selon la police.

"Oppression économique"

Jusqu'à présent 850.000 dollars de Hong Kong (109.000 dollars) se trouvent sur les comptes gelés, selon le communiqué de la police.

Peu après, M. Hui a diffusé un communiqué indiquant que les comptes bancaires de ses proches à la banque HSBC avaient été soudainement débloqués.

M. Hui a démenti que des membres de sa famille aient reçu de l'argent issu de la levée des fonds, qui était destinée à financer des poursuites qu'il avait lancées, dont l'une contre la police, et qui ont été stoppées par le ministère de la Justice.

"L'argent a été gardé sur les comptes bancaires du cabinet d'avocats et les comptes ont été rendus publics", a-t-il assuré.

La banque HSBC s'est refusée à tout commentaire sur des comptes privés.

Hong Kong pouvait se targuer jusqu'à présent d'être une place de libre marché fiable servant de pont économique entre la Chine et les marchés internationaux, mais les banques internationales dans le territoire semi-autonome se retrouvent face à un dilemme, Pékin ayant mis en demeure les entreprises internationales de soutenir la loi sur la sécurité nationale qui accorde à la police des pouvoirs accrus en matière d'enquête et de saisies.

Les Etats-Unis ont décrété des sanctions à l'encontre de dirigeants de Hong Kong dont la cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, dont les comptes ont été gelés. Mme Lam a déclaré en novembre qu'elle n'avait plus de compte bancaire depuis que les Etats-Unis l'avaient sanctionnée.

Les Etats-Unis ont ordonné aux banques de cesser toute transaction financière avec les dirigeants de Hong Kong et prévenu que d'autres sanctions pourraient être imposées contre toute entreprise considérée comme complice de la répression contre le mouvement pro-démocratie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK