Hong Kong : l'ambassadeur chinois à Londres convoqué suite à la révocation de 4 députés pro-démocratie

Accusant Pékin de violer ses obligations internationales après la révocation de 4 députés pro-démocratie à Hong Kong, le gouvernement britannique a convoqué jeudi l’ambassadeur chinois à Londres, Liu Xiaoming, pour lui faire part de ses "profondes inquiétudes face à ces dernières actions".

"Le Royaume-Uni continuera de dénoncer ces violations des droits et libertés de Hong Kong et de rappeler à la Chine les obligations auxquelles elle a librement consenti en vertu du droit international", a déclaré le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

La Chine a une fois de plus trahi ses promesses

Quatre députés pro-démocratie de Hong Kong ont été démis de leur mandat mercredi après que l’un des principaux comités législatifs de Chine a autorisé les autorités locales à révoquer tout législateur considéré comme constituant une menace pour la sécurité nationale sans même passer devant une juridiction.

"Une violation flagrante" de l’accord de 1984 entre Londres et Pékin qui avait présidé à la rétrocession du territoire en 1997, a jugé le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab. "La Chine a une fois de plus trahi ses promesses et sapé le haut degré d’autonomie de Hong Kong."

"Cette décision sur Hong Kong est justifiée et raisonnable", a réagi Liu Xiaoming. "Les fonctionnaires, députés compris, ne sont nulle part dans le monde autorisés à violer leur serment et à trahir leur pays".

Londres avait provoqué la colère de Pékin en facilitant l’accès à la citoyenneté britannique des millions de Hongkongais titulaires d’un passeport britannique d’outremer. Le Royaume-Uni a aussi suspendu son traité d’extradition avec Hong Kong et étendu à son ex-colonie l’embargo sur les armes appliqué à la Chine depuis 1989.

Hong Kong: démission des députés pro-démocratie (12/11/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK