Honduras: la police ouvre le feu sur des manifestants étudiants

La police militaire a tiré sur une manifestation d’étudiants qui réclamaient lundi à Tegucigalpa la démission du président du Honduras Juan Orlando Hernandez, faisant au moins quatre blessés, a indiqué à l’AFP un responsable universitaire.

"Environ quarante policiers militaires ont pénétré sur le campus universitaire sans autorisation" et ont poursuivi les étudiants "en leur tirant dessus à balles réelles", a raconté un des directeurs de l’Université nationale autonome du Honduras (Unah), Armando Sarmiento.

2000 étudiants bloquent la capitale

Quelque 2000 étudiants avaient auparavant bloqué le boulevard longeant cette université, la plus importante du pays. Arrivée sur place, la police a tenté de les disperser à l’aide de gaz lacrymogène, et les étudiants ont riposté à l’aide de pierres. Les policiers militaires ont alors fait feu et quatre étudiants ont été atteints de balles dans les jambes, selon M. Sarmiento.

Trois personnes avaient été tuées à l’arme à feu et vingt autres blessées la semaine dernière au Honduras au cours de manifestations antigouvernementales.

Le mouvement de protestation contre le président Hernandez a démarré il y a un mois à la suite de l’adoption de deux décrets réformant les systèmes de santé et d’éducation, dont les détracteurs affirment qu’ils visent à privatiser ces deux services publics.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK