Histoire : des lettres du père d’Adolf Hitler retrouvées dans un grenier

Il a donné son nom au pire dictateur de l’histoire moderne. Alois Hitler, le père d’Adolf Hitler, était décrit comme un homme tyrannique. Il a eu 8 enfants en 3 mariages, mais on en sait finalement assez peu sur cet homme né en 1837. Jusqu’à la découverte récente d’une trentaine de lettres dans un grenier au nord de l’Autriche.

Découverte historique importante

Lorsqu’il a été contacté par une femme prétendant avoir déniché des lettres centenaires écrites par le père d’Adolf Hitler, l’historien autrichien Roman Sandgruber s’est d’abord montré méfiant.

"Elle m’a contacté et m’a dit qu’elle avait des lettres d’Hitler, raconte-t-il à l’Agence France-Presse, j’étais très sceptique au début, je dois l’admettre, car il n’y a pratiquement rien sur la jeunesse d’Adolf Hitler et encore moins sur son père".

Pourtant, la correspondance jaunie s’est vite révélée authentique : écriture soignée, timbres d’époque, cachets de cire intacts et signature tristement célèbre… Les 31 lettres étaient bien de la main d’Alois Hitler.

2 images
Au bas des lettres, une signature tristement célèbre, mais il s’agit de celle du père d’Adolf Hitler © Tous droits réservés

Ragots familiaux

Elles ont été écrites en 1895, à l’époque de l’Empire austro-hongrois, entre Alois Hitler et un certain Josef Radlegger à qui il voulait racheter une ferme. L’arrière-arrière-grand-père d’Annelise Smigielski qui a retrouvé les lettres dans le grenier de cette ferme en préparant des travaux d’isolation.

"Il ne s’agit pas de lettres purement commerciales, explique l’historien Roman Sandgruber, il y a aussi une atmosphère familiale dans le ton des deux correspondants, il y a des ragots, beaucoup de ragots familiaux racontés à l’intérieur, cela permet de bien reconstituer le milieu dans lequel tout cela se passe."

Influence du père sur le fils

Des documents précieux pour ce chercheur qui a pu rédiger une biographie d’Alois Hitler publiée en février dernier en allemand. L’universitaire reste prudent quant à l’influence du père sur le fils, mais il semble que tous deux se soient revendiqués comme des autodidactes.

"La conséquence en est que, tout comme le père, le fils méprise également tous ceux qui ont suivi une carrière éducative régulière, tous les universitaires, les notaires, les juges, les militaires plus tard. Il se prend pour un génie", analyse Roman Sandgruber.

2 images
L’historien Roman Sandgruber dans la bibliothèque de Linz en Autriche © Tous droits réservés

Une mère émancipée pour l’époque

Ces lettres centenaires permettent aussi d’en savoir plus sur la mère d’Adolf Hitler, qui est visiblement bien loin de la "tranquille petite ménagère" qu’il décrivait dans Mein Kampf.

"Klara Hitler est une femme profondément émancipée pour son temps, pourrait-on dire aujourd’hui, précise l’historien. Elle avait une bonne connaissance du monde économique, de l’argent, des affaires et – on peut le supposer – elle avait son mot à dire."

Adolf Hitler n’avait que 6 ans quand ces lettres ont été rédigées. Des propos haineux de son père envers les juifs ont été retrouvés plus tard dans sa vie, mais pour Roman Sandgruber, le futur dictateur aurait surtout été influencé par l’antisémitisme largement répandu dans la société autrichienne de l’époque.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK