Herman Van Rompuy insulté au parlement européen

RTBF
RTBF - © RTBF

Le président du Conseil de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, s'est présenté mercredi, pour la première fois, face au parlement européen pour un débat consacré aux résultats du sommet européen informel de début février. Il y a été pris à partie par un eurosceptique anglais.

L'ancien Premier ministre belge a, devant les eurodéputés, expliqué les résultats de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement des 27, principalement consacrée à la situation économique et à jeter les bases d'une nouvelle stratégie socio-économique pour l'UE à l'horizon 2020.

Les dirigeants européens s'étaient aussi entendus sur une déclaration commune à propos de la crise financière frappant la Grèce.

En venant devant l'assemblée, Herman Van Rompuy voulait témoigner de son respect pour le parlement européen, qu'il n'est -juridiquement- pas tenu d'informer des résultats d'un sommet informel.

Le traité de Lisbonne, qui a créé la fonction de président permanent du Conseil européen, ne le contraint qu'à faire rapport des sommets européens formels, ceux de mars, juin, octobre et décembre.

Le "charisme d'une serpillière mouillée"

Mais sa bonne volonté n'aura pas empêché un député europhobe, l'Anglais Nigel Farage, de le prendre violemment à partie. Le président de l'Europe, commence-t-il, doit être le leader de 500 millions d'Européens et il a un job aussi important que celui du président Obama. "Mais j'ai peur de ce que nous avons avec vous (...). Je ne veux pas être malpoli mais, vraiment, vous avez le charisme d'une serpillière mouillée et l'apparence d'un employé de banque. Et la question que je veux vous poser, c'est 'qui êtes vous?'", a élégamment déclaré l'eurodéputé anglais, avant de poursuivre.

"Je n'ai jamais entendu parler de vous ! Personne en Europe n'a jamais entendu parler de vous! Je voudrais vous demander, président, mais qui donc a voté pour vous ? Mais je sais que vous êtes capable, compétent et dangereux et je suis certain que votre objectif, c'est d'être celui qui tuera la démocratie européenne et la notion même d'Etat-Nation. Peut-être parce que vous venez de Belgique qui est une sorte de non-pays, alors je vous le dis, on ne vous connait pas, on ne vous veut pas et plus vite vous débarrasserez le plancher, mieux ce sera".

Intervention méprisable

Herman Van Rompuy, en répondant aux différentes questions qui lui étaient posées, n'a pas répondu à l'intervention de Nigel Farage, estimant qu'elle ne méritait que mépris. Le chef du groupe PPE a, lui, proposé à Nigel Farage de faire application de l'article 9 du Traité, qui permet à un pays de sortir de l'Union, tandis que le chef du groupe socialiste a demandé à Nigel Farage de rendre son mandat d'eurodéputé.

Ecoutez cette intervention en cliquant sur l'onglet ci-dessus.

En début de séance, les députés européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes des inondations à Madère (Portugal) et de la catastrophe ferroviaire de Buizingen. Parmi les victimes de la collision du 12 février figurait une employée du parlement européen.

 

T.N. avec Anne Blanpain et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK