Hausse des cas au Royaume-Uni: "Le travail n'est pas terminé, malgré le succès de la vaccination"

Ce lundi, le Royaume-Uni a signalé plus de 3000 nouvelles infections au Covid pour le sixième jour consécutif. Un nombre qui peut sembler faible en comparaison des plus de 50.000 contaminations par jour enregistrées au pic de la seconde vague. Mais vu le succès de la campagne de vaccination, le Royaume-Uni ne s'attendait pas à cette remontée alors que moins de 2000 infections quotidiennes étaient détectées en mai.

D'où cette mise en garde d'un expert Covid répercutée par la BBC: "L'idée selon laquelle le job est fait est erroné: nous avons encore beaucoup de gens qui ne sont pas encore vaccinés et qui n'ont pas encore été infectés, c'est pourquoi nous sommes actuellement dans une position vulnérable", a-t-il déclaré à BBC4. 

Les inquiétudes actuelles en Grande-Bretagne semblent liées au variant dit indien, encore plus contagieux que ce qu'on avait appelé le variant britannique. Le professeur Finn, du Comité mixte sur la vaccination et la vaccination qui conseille le gouvernement sur la priorité des vaccins, a déclaré que le Royaume-Uni devait donc atteindre une couverture élevée de l'immunité dans la population, pas seulement parmi certains groupes.

Or, seuls 58% des Britanniques ont déjà reçu une dose de vaccin, pour 38% de complètement vaccinés.

 

 

"C'est un virus différent, cela pourrait être un vrai problème et ce n'est qu'en le prenant au sérieux maintenant que nous pouvons arriver là où nous voulons aller le plus tôt possible", a-t-il déclaré.

C'est pourquoi la levée totale des restrictions n'est pas prévue avant le 21 juin, mais que les scientifiques restent partagés sur la décision, qui devra intervenir le 14 juin en ce qui concerne l'Angleterre, tandis que l'Irlande, l'Ecosse et le Pays de Galles ont chacun leur propre calendrier.

Sur le même sujet...

JT du 26/05/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK