Haïti: quelle est la situation trois ans après le tremblement de terre ?

Des images du terrible séisme qui avait touché Haïti en 2010
Des images du terrible séisme qui avait touché Haïti en 2010 - © AFP

Il y a tout juste trois ans, Haïti était ravagé par un terrible tremblement de terre. Dans ce pays parmi les plus pauvres, la catastrophe a fait plus de 250 000 morts. Un million et demi de personnes ont perdu leur logement. La générosité du public avait également été immense, en Belgique comme ailleurs, pour venir en aide aux victimes via les organisations humanitaires.

Le consortium 12-12 "Haïti Lavi" se dit "en phase d'atterrissage". 90% des 25 millions d'euros récoltés en Belgique en 2010 ont été dépensés. Mais sur place, Haïti reste confronté à la fois aux séquelles du séisme et à ses vieux démons. L'intervention d'urgence n'a pas tout résolu, en matière de santé par exemple.
 
Claudia Evers est chef de Mission de Médecins sans frontières en Haïti. Elle déplore le manque d'accès aux soins. D'autant plus que les ONG quittent peu à peu le terrain.
 
Frédéric Thomas, chercheur au Centre tricontinental, vient de publier "L'échec humanitaire". Il dénonce un système humanitaire qui fonctionne en vase clos. "Trois ans après le séisme, la plupart des organisations humanitaires sont en train de quitter le pays et n'ont pas répondu aux véritables problèmes", dit-il. "Pendant ces trois années, elles ont tenu à l'écart l'ensemble des organisations haïtiennes qui travaillaient depuis des années à essayer de résoudre les problèmes auxquels elles étaient confrontées. Ces organisations restent, trois ans plus tard, avec les mêmes problèmes sur les bras et d'autres problèmes tels que le choléra". 
 
Des ONG quittent Haïti et un bailleur de fonds comme le Canada a gelé tout nouveau projet. Trois ans après, les Haïtiens se retrouvent de plus en plus seuls.

Le président d'Haïti "pas satisfait" de la coopération internationale

Le président haïtien Michel Martelly a affirmé qu'il n'était "pas satisfait" de la coopération internationale avec son pays qui commémore ce 12 janvier le violent séisme qui l'a ravagé en 2010.

"Où est allé l'argent donné à Haïti après le séisme?", s'est demandé le chef de l'Etat lors d'une rencontre vendredi soir avec plusieurs journalistes.

Selon lui, un tiers seulement de l'aide internationale a été confiée au gouvernement haïtien.

"La majorité de l'aide a été dépensée par les ONG pour les urgences, mais pas pour la reconstruction d'Haïti", a déploré M. Martelly, qui souhaite revoir la coopération internationale afin d'obtenir de meilleurs résultats.

"Nous ne demandons pas de gérer toute l'aide de la coopération, mais il faut parvenir à un équilibre. Et nous disons que la meilleure chose à faire est de travailler avec le gouvernement", a souhaité Michel Martelly.

Le gouvernement haïtien va notamment effectuer un audit de la coopération avec le Canada, qui va reconsidérer son aide à Haïti en vue d'une gestion plus efficace, a indiqué le président haïtien.

"Le gouvernement d'Haïti n'a jamais reçu une aide directe du gouvernement du Canada. Cette aide passe à travers des organisations internationales", a souligné Michel Martelly qui qualifie de "justes, réels et vrais" les propos du ministre canadien de la Coopération sur le peu de résultats de cette coopération.

"Plus on envoie de l'aide à Haïti, plus on dirait que les choses n'avancent pas. Donc il y a quelque chose qui ne marche pas. Alors arrêtez d'envoyer de l'argent. Regardons les choses en face pour mettre en place un meilleur mécanisme pouvant apporter des résultats", a suggéré Michel Martelly.

Il a cependant salué l'aide de l'Union européenne. Il s'agit d'une "coopération constante, qui travaille directement avec le gouvernement d'Haïti, et nous disons +merci+ à l'UE", selon Michel Martelly, qui assure que l'argent va à ceux qui sont dans le besoin.

RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK